1.100 étudiants font la "révolution des frites" à Bruxelles

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

1.100 étudiants néerlandophones et francophones, selon l'estimation de la police locale, sont rassemblés depuis 15h00 dans une ambiance festive place Poelaert à Bruxelles pour célébrer la "révolution des frites", répondant ainsi à l'appel de la plate-forme "Niet in onze naam-Jong/Pas en notre nom-Jeune", qui réunit une trentaine d'associations estudiantines. Par ce rassemblement, les étudiants entendent manifester leur ras-le-bol de la crise politique et faire passer, par le biais de la fête, un message anti-séparatiste et anti-nationaliste.

"Niet in onze naam-Jong/Pas en notre nom-Jeune", qui rassemble notamment des étudiants de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), plaide également pour la constitution d'une circonscription électorale fédérale et le maintien d'une sécurité sociale nationale. Sur la place Poelaert, le tube de l'artiste bruxellois Stromae "Alors on danse", avec des paroles réadaptées au contexte politique belge, a été repris en choeur par les manifestants.

De nombreux représentants d'organes de presse nationaux et internationaux étaient également présents pour suivre la manifestation, baptisée "révolution des frites" en clin d'oeil à la révolution de jasmin en Tunisie. Les festivités doivent se clôturer aux alentours de 17h00. Outre Bruxelles, plusieurs initiatives étudiantes ont lieu aux quatre coins du pays: à Louvain-la-Neuve, Liège, Louvain, Gand et Anvers. Jeudi, cela fait 249 jours que la Belgique ne dispose plus d'un gouvernement de plein exercice, un record détenu jusqu'ici par l'Irak.

500 manifestants à Liège pour la "révolution des frites"

Près de 500 personnes ont participé ce jeudi à 16h30 à la manifestation qui s'est tenue place Saint-Lambert à Liège dans la cadre de la "révolution des frites". Très majoritairement étudiants, les manifestants ont répondu à l'appel des organisateurs militant pour l'unité de la Belgique. Les manifestants (parmi lesquels sans doute un grand nombre de simples curieux en cet endroit de passage très fréquenté de la ville) ont réalisé un flash-mob sur "Alors on danse" du chanteur bruxellois Stromae tandis que fleurissaient les calicots et banderoles appelant à l'établissement d'une circonscription fédérale et à la solidarité entre Flamands et Wallons.

Des affiches, ainsi que des sondages appelant les jeunes à donner leur avis sur l'avenir institutionnel du pays ont été distribués par la plate-forme "Niet in onze naam/Pas en notre nom", organisatrice de la manifestation. Outre Liège, plusieurs initiatives étudiantes ont eu lieu aux quatre coins du pays: à Bruxelles, Louvain-la-Neuve, Louvain, Gand et Anvers. Jeudi, cela fait 249 jours que la Belgique ne dispose plus d'un gouvernement de plein exercice, un record détenu jusqu'ici par l'Irak.

Plusieurs milliers de personnes à Gand pour fêter le record du monde

La fête populaire ludique organisée jeudi soir à Gand, à l'occasion du record du monde de la plus longue crise politique - 249 jours sans gouvernement -, rassemblait vers 21h30 quelque 6.000 personnes dans le centre-ville gantois. Le point d'orgue était attendu pour minuit, avec la remise de la "coupe du monde" par une délégation venue d'Irak, le précédent détenteur du titre. Vers 21h30, la police dénombrait entre 5.000 et 6.000 personnes sur les places Bij St.-Jacobs et Vlasmarkt, a indiqué le co-organisateur Edmond Cocquyt Junior.

L'espace dédié à l'événement permet d'accueillir environ 7.000 personnes. Si ce chiffre est atteint, l'accès aux deux places pourrait être fermé au public. La fête populaire est prévue pour se terminer à 01h00. Au programme figurent notamment des prestations de Lady Linn, Gunter Lamoot et Koen Crucke.

BELGA

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM