Belgique

Le décret Inscription – qui régule les inscriptions en 1ère année secondaire – fait couler beaucoup d’encre, mais il a aussi mis en exergue l’urgence de répondre au boom démographique, surtout en Région bruxelloise. Chaque année, de plus en plus d’écoles sont en effet complètes au terme de la première phase d’inscriptions (en février-mars) tandis que plus d’une centaine d’enfants se retrouvent “sans école”, faute de places disponibles.

Toutefois, la saturation des écoles ne se limite pas au seul niveau de l’enseignement secondaire. Nombreux sont aujourd’hui les parents à ne pas trouver de place pour scolariser leur(s) enfant(s) en maternelle et en primaire. Selon les projections du Bureau du plan, entre 2013 et 2020, la Région bruxelloise devrait voir sa population scolaire s’accroître de 28 618 unités, soit 4 549 en maternelle, 13 338 en primaire et 10 731 en secondaire.

Pour l’heure, la création de 19 900 places est programmée à l’horizon 2017 via des projets déjà lancés ou en cours de lancement, soit 15 700 via la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et 4 500 via la Région flamande. “Il manquerait donc, d’ici 2020, encore environ 8 700 places dans les écoles bruxelloises” , peut-on lire dans une note dédiée à la création de nouvelles places en FWB et qui sera présentée jeudi au gouvernement par le ministre Jean-Marc Nollet (Ecolo), en charge des Bâtiments scolaires.

Qui plus est, à court terme, c’est-à-dire entre 2013 et 2014, le nombre d’élèves à Bruxelles devrait augmenter de 5 514 unités, dont 3 900 aux niveaux maternel et primaire. “Or, les projets lancés et ceux qui le seront dans le cadre du Plan Marshall 2022, pour la plupart des constructions ou des rénovations lourdes, demandent un certain délai de réalisation , reprend la note. Dès lors, le nombre de places disponibles en vue de l’année scolaire 2014-2015 risque de se révéler trop faible.”

Si la situation est moins tendue en Wallonie, il n’empêche que sa population scolaire devrait également croître de 22 780 unités, dont 5 500 dans l’enseignement fondamental. Ici aussi est déjà programmée la création de 7 800 places tandis que d’autres viendront s’ajouter via le Plan Marshall 2022.

Pavillons modulaires

Mais qu’en est-il à court terme ? Pour faire face “aux besoins d’urgence” , le ministre Nollet a mis sur pied l’opération “Modules” (pour “Mobilisation d’urgence de locaux pour les écoles”). Objectif ? Permettre aux écoles fondamentales de tous les réseaux d’augmenter rapidement leur capacité via l’installation de pavillons modulaires. Ceux-ci seront financés via le Fonds d’investissement St’art, le Fonds d’investissement pour les entreprises créatives. “Un appel à projets sera lancé incessamment à destination de toutes les écoles , précise la note. Les différents projets devront se révéler entièrement nouveaux.” M. Nollet table sur la création de 3 750 places d’enseignement fondamental d’ici la rentrée 2014-2015 à Bruxelles et en Wallonie. Coût de l’opération ? 15 millions.

Au-delà de l’opération “Modules”, le ministre souhaite “continuer l’effort structurel entamé le 7 octobre 2010, lorsque le gouvernement de la FWB décidait de lancer un financement exceptionnel des bâtiments scolaires” . A l’époque, il avait été décidé de lancer un financement via le “Crac” (Centre régional d’aide aux communes) à destination des communes et provinces, à hauteur de 57 millions pour la création de nouvelles places.

Aujourd’hui, M. Nollet veut proposer au gouvernement de “renouveler cette opération pour un montant de 50 millions d’euros répartis entre les réseaux suivant leur population scolaire” . En tout devraient être créées 5 000 places. “Ces travaux ‘en dur’ seront, pour les réseaux officiel et libre, subventionnés à hauteur de 60 % , indique la note. Les 40 % restant bénéficieront du recours au Fonds de garantie, dont les capacités de garantie seront augmentées en conséquence.” Pour le réseau organisé par la FWB, les travaux seront subventionnés à 100 %.