Belgique

Le ministère public a requis, vendredi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, une peine de 30 mois de prison avec sursis à l'encontre de l'homme qui avait violemment frappé le commissaire Pierre Vandersmissen, lors de la manifestation nationale du 24 mai dernier à Bruxelles. Le prévenu est jugé dans le cadre de la procédure de jugement accélérée. Le parquet a requis une peine de 30 mois de prison avec sursis à l'encontre du prévenu pour rébellion armée, port d'un objet utilisé comme arme et coups et blessures volontaires sur un représentant des forces de l'ordre.

Pour réclamer une telle peine, il tient compte de la violence de l'agression. Le ministère public s'est basé entre autres sur le rapport des médecins légistes qui atteste que la blessure a dû être occasionnée par un objet contondant.

Le prévenu, Tanguy F., a quant à lui confirmé ses aveux, tout en précisant qu'il n'avait rien dans la main lorsqu'il a frappé, et il a dit regretter son geste.

Son avocat, Me Pierre Huet, a plaidé une peine de 12 mois de prison avec sursis probatoire, car, selon lui, rien ne démontre formellement que son client était porteur d'un objet quand il s'en est pris à la victime.

Le conseil de la partie civile, Me Sven Maru, lui, a réclamé une peine qui soit exemplaire pour ces faits qu'il qualifie d'extrêmement violents mais aussi de lâches puisque l'agresseur était arrivé par derrière. Son client, le commissaire de police victime, a néanmoins déclaré qu'il acceptait les excuses de son agresseur, les estimant sincères.

Le prévenu, Tanguy F., un militant FGTB, s'était présenté à la police locale d'Uccle le 25 mai dernier, après que le parquet de Bruxelles avait lancé un appel à témoins pour retrouver l'agresseur du commissaire Pierre Vandersmissen.

Tanguy F. avait avoué être l'auteur de cette agression, commise la veille, lors de la manifestation nationale à Bruxelles.

Les images de ces faits avaient été diffusées par les médias et les réseaux sociaux. Elles montraient un homme vêtu d'un t-shirt rouge frapper un officier de police à la tête, avec un objet qui pourrait être un pavé. Mais les images ne permettent pas de le confirmer.

La victime est le commissaire Pierre Vandersmissen, de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles. Celui-ci s'était effondré après avoir reçu le coup et l'agresseur, lui, avait pris la fuite.

Grièvement blessé, l'officier de police avait dû être évacué d'urgence vers un hôpital.