Belgique Ces personnes sont suivies parce qu’il existe des indices concrets sur base de critères stricts de passage éventuel à un acte violent de leur part

Chez nos voisins français, on les appelle les fameux fichés S. Ils sont quelque 20.000 à porter cette étiquette équivalente à une mise sous surveillance pour soupçons de radicalisme.

Chez nous, on a souvent évoqué le cas des FTF. Ce sont ces personnes reprises dans la banque de données des Foreign terrorist fighters. On en compte un peu plus de 600. Il s’agit des combattants actuellement en Syrie ou en Irak, morts sur place, en partance ou de retour des zones de combat.

Outre ces FTF , ce sont surtout les HTF qui préoccupent les services de sécurité.

(...)