Belgique

C’est une nouvelle bombe qui vient d’éclater dans le pays de Liège. Depuis le 22 septembre dernier, le juge d’instruction liégeois, Philippe Richard a entendu et inculpé plusieurs cadres de la société d’assurances Ethias.

En cause le remboursement d’une facture d’un peu plus de 53.000 euros à une personne qui, quelques semaines plus tôt avait eu un gros dégât à sa véranda. Flash-back : il y a quelques mois, fin 2010, le vent a déraciné un arbre qui se trouvait sur un terrain de Xhendremael (commune d’Ans) et appartenant à Stéphane Moreau le bourgmestre de la commune et patron de Tecteo.

Dans sa chute l’arbre est retombé sur la véranda de la maison voisine occasionnant d’importants dégâts à l’habitation. Il endommage également la clôture d’un second riverain. Le montant de la double réparation est impressionnant : il s’élève à plus de 53.000 euros.

Le souci, c’est que Stéphane Moreau, bien que client de chez Ethias, n’est pas assuré pour ce type de sinistre. Il prend contact avec la société Ethias et c’est là que, selon les enquêteurs, les choses dérapent !

En effet pour faire admettre la dépense au gestionnaire du dossier de ce sinistre, il faut, au minimum que Stéphane Moreau soit assuré. Un contrat est donc rédigé après coup. Mais ce dernier ne couvre pas la période du sinistre et un second contrat est donc également mis en place. Il reprend la période de l’accident et les deux préjudiciés sont alors indemnisés par Ethias.

La réalisation de ce double faux a fini par transpirer et les enquêteurs de l’office central pour la répression de la corruption (OCRC), un service de la police judiciaire fédérale ont été chargés de l’enquête.

Actuellement, cinq cadres supérieurs de la société d’assurance ont été inculpés d’escroquerie mais aussi de faux et usage de faux.

Parmi eux, on retrouve Bruno Giacco (54 ans) conseiller à la direction générale d’Ethias et responsable du siège régional de Namur. Juge consulaire, l’homme est également ancien conseiller communal liégeois (chef de groupe PS) et très proche de Willy Demeyer, l’actuel bourgmestre de Liège.

Les cinq cadres d’Ethias contestent leur inculpation. Il se dit que Stéphane Moreau devrait être entendu dans les prochains jours.


Stéphane Moreau dément

Contacté par nos confrères de la Dernière Heure, Monsieur Moreau dément formellement avoir quoi que ce soit à se reprocher dans cette affaire. Selon lui, lors du traitement du sinistre, il est apparu qu’un problème interne et administratif était survenu dans la gestion de ses contrats au sein d’Ethias et que le gestionnaire des dossiers de Monsieur Stéphane Moreau n’avait pas formalisé les démarches auxquelles il s’était engagé. A savoir répondre à la demande de Monsieur Moreau, de lui fournir une couverture complète pour le terrain sinistré situé à Ans. Le bonne couverture n’aurait pas été activée. Ethias a alors décidé de faire un geste commercial et de couvrir le sinistre.

Monsieur Moreau dénonce en outre le fait que ce dossier est la conséquence d’une lettre anonyme concernant la direction d’Ethias qui aurait entrainé l’ouverture d’une enquête judiciaire chez Ethias.

Stéphane Moreau nous a informé qu’il chargeait ses conseils de déposer plaintes pour calomnies, diffamation et violation du secret de l’instruction.