Belgique Au moins 6.000 étudiants et professeurs manifestaient toujours vendredi midi, à Bruxelles, devant le siège du gouvernement de la Communauté française. C'est trois fois plus que le nombre de manifestants annoncé.

Rejoints par des centaines d'étudiants des universités, et principalement de l'ULB, les manifestants revendiquent essentiellement un refinancement des Hautes Ecoles, mais également de l'ensemble de l'enseignement. Les manifestants ont même été soutenus le long du cortège par des étudiants flamand qui exigeaient un "refinancement national".

La manifestation est bruyante, colorée et bon enfant. Parmi les slogans et les calicots, on retiendra notamment que les manifestants exigent "du pognon maintenant!" ou encore se plaignent de ce que "surpopulation égal détérioration ".

Manifestation à Liège

A l'instar de leurs homologues bruxellois, quelque 300 étudiants des Hautes écoles ont manifesté, vendredi en fin de matinée, dans les rues de Liège pour un refinancement de l'enseignement supérieur.

Les étudiants sillonnent les rues de la Cité ardente en arborant de nombreux calicots et en scandant: « Simonet, de la monnaie ! » Le cortège, parti de la place Saint-Lambert, prévoit un arrêt devant les sièges régionaux des partis politiques.

Les étudiants sont déçus

Les étudiants et les enseignants des Hautes Ecoles se sont dits déçus à la sortie de leur rencontre avec la ministre-présidente de la Communauté française, Marie Arena, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Marie-Dominique Simonet. Les manifestants n'ont pas obtenu de promesses de refinancement structurel des Hautes Ecoles. Par conséquent, le mouvement de mobilisation et d'arrêts de travail va s'amplifier, a-t-on indiqué tant du côté des syndicats que des étudiants.