Belgique

L'ASBL "Catastrophe Ferroviaire Buizingen: Plus Jamais" a partagé mardi à l'occasion de l'entame du procès devant le tribunal de police de Hal de l'accident de Buizingen un pamphlet critiquant fortement le gouvernement, la SNCB ou encore Infrabel. "Nous déplorons la manière dont les victimes et leurs familles ont été traitées", dénonce ainsi l'association. Selon "Catastrophe Ferroviaire Buizingen: Plus Jamais", la sécurité ferroviaire ne constitue pas une priorité pour le gouvernement, la SNCB et Infrabel. "Les économies budgétaires et la poursuite de la rentabilité le sont", déplore l'association.

Celle-ci émet neuf propositions pour améliorer cette sécurité comme l'implémentation plus rapide de l'European Train Control System (ETCS), système de contrôle automatique des trains.

L'association plaide également pour épargner aux victimes d'une catastrophe ferroviaire le calvaire enduré par les familles touchées par Buizingen. "La justice doit forcer les experts à soumettre leurs conclusions dans l'année, comme en France et aux Pays-Bas", souhaite-t-elle ainsi. Elle demande aussi l'établissement d'un fonds national pour les catastrophes. "Les victimes de Buizingen ont dû sortir 1.400 euros de leur poche pour obtenir une disquette avec le dossier juridique", déplore-t-elle.

Une collision entre deux trains le 15 février 2010 à Buizingen avait coûté la vie à 19 personnes et fait 310 blessés parmi les passagers.