Belgique

Le Premier ministre Charles Michel et le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders ont remis samedi à New York des décorations au nom du gouvernement belge aux Américains qui sont intervenus lors de l'attaque dans un train Thalys l'été dernier et ont alors empêché qu'un carnage se produise dans ce train en direction de Paris. Deux des trois héros du Thalys, le soldat Spencer Stone et l'étudiant Anthony Sadler, ont ainsi été reçus à la résidence du consul-général de Belgique, où Charles Michel leur a remis une médaille pour bravoure exceptionnelle. Il devait en faire de même avec le troisième membre du trio, le soldat Alex Skarlatos, mais celui-ci a dû renoncer in extremis à cette cérémonie en raison de la fusillade qui s'est produite dans une université de l'Oregon, l'Etat dont il provient.

"Ce que vous avez fait pour notre pays restera à jamais dans nos coeurs. Vous avez sauvé la vie de nombreux de nos compatriotes. La Belgique vous en est très reconnaissante", leur a déclaré le Premier ministre. Les deux Américains se sont dits ravis par cette décoration. "Cest un grand honneur. C'est quelque chose que je pourrai raconter plus tard à mes enfants", confie Spencer Stone.

Ce dernier, Anthony Sadler et Alex Skarlatos étaient en vacances en Europe lorsqu'ils ont réussi à maîtriser Ayoub El Khazzani dans un train Thalys entre Amsterdam et Paris le 21 août dernier. Le Marocain de 26 ans venait alors d'ouvrir le feu à bord, blessant trois personnes. Lourdement armé, l'homme était entré dans le train à grande vitesse en gare de Bruxelles-Midi. Il a été notamment été inculpé en France de tentatives d'assassinat dans un but terroriste.

Les trois héros américains ont déjà été distingués à plusieurs reprises. Ils ont été reçus par le président Barack Obama à la Maison Blanche et ont reçu la Légion d'Honneur des mains de son homologue français François Hollande. "Les premières semaines, j'avais du mal avec tout cela et je dormais souvent mal, mais pour le reste, ce jour a changé ma vie positivement. Nous sommes encore reconnus dans la rue, des gens nous félicitent et des verres nous sont offerts un peu partout", raconte encore Spencer Stone.