Belgique

Alors que tous les électeurs du Royaume auront l'occasion le 8 octobre de formuler un choix démocratique, ceux du petit village d'Onhaye connaîtront un sort un peu particulier puisqu'une seule liste se présente cette année devant eux au scrutin communal.

Si pareille situation s'était produite en Flandre ou à Bruxelles, l'élection n'aurait tout simplement pas eu lieu. Tous les candidats auraient été élus d'office sans que les électeurs soient appelés à se rendre dans l'isoloir. Seulement voila, nous sommes en Wallonie, là où la nouvelle législation prévoit désormais l'élection directe du bourgmestre et si les treize candidats de la liste "IC-Onhaye" sont d'ores et déjà assurés de siéger au conseil communal durant la prochaine législature, seul celui ou celle d'entre eux qui aura obtenu le plus de voix de préférence remportera l'écharpe de maïeur. Une écharpe qui connaît déjà au moins deux prétendants et pour laquelle, à trois jours du scrutin, la bataille est loin d'être gagnée d'avance.

Lors des dernières élections en 2000 Christophe Bastin remportait haut la main 726 voix de préférence bien loin devant Gérard Cox à qui il décida néanmoins pour des raisons professionnelles et personnelles de céder la place de bourgmestre qui lui était toute destinée. Six ans plus tard, celui qui en 1994 était déjà à 24 ans le plus jeune conseiller communal du village et dont l'arrière-grand-père et l'oncle avaient déjà été bourgmestre avant lui, a bien la ferme intention de s'inscrire cette fois dans la lignée de ses ancêtres en briguant enfin la magistrature suprême de son village natal.

Gérard Cox, qui a entre-temps pris goût à la fonction n'a quand à lui aucunement l'intention de lui céder sa place. Une lutte acharnée s'est donc engagée entre les deux hommes, qui font pourtant campagne en déposant le même tract dans chaque boîte au lettre. Les deux hommes ne pouvant rivaliser sur leur programme, l'issue du scrutin dépendra donc fort probablement de la personnalité des candidats. Et si chacun jouit d'une solide popularité dans la commune, d'aucun craignent la montée en puissance d'un troisième larron, qui pourrait bénéficier de la lutte fratricide que se mènent les deux colistiers. Une seule liste donc, mais un suspense palpitant jusqu'à l'issue du scrutin dimanche soir, lors duquel une fête de village aura lieu mais dans un lieu encore inconnu, puisque le bourgmestre sortant, par ailleurs propriétaire d'une belle salle de fête, a annoncé refuser d'être de la partie si sa réélection n'était pas assurée.

(st)

© La Libre Belgique 2006