Belgique

C’est une vraie question, ça : à quoi ressemble un Belge parfait ? Dans un pays où le fossé entre Flamands et Wallons s’approfondit, le réalisateur belge Kristof Bilsen cherchait une réponse dans un documentaire présenté en première mondiale, samedi soir, au festival One World Roumanie.

"Vous ne trouverez pas le Belge parfait ici", répond au documentariste en quête d’identité un vieux militant indépendantiste flamand plus désireux de rencontrer des extraterrestres que ses compatriotes wallons. Dans la Flandre de certains indépendantistes, le réalisateur montre des enfants vêtus de tee-shirts ornés d’un "je vomis la Belgique" et des militants occupés à peindre concrètement sur les routes la frontière linguistique.

"Arriver à couper en trois un pays aussi petit, ce serait quand même extraordinaire", lance un artiste en raillant les volontés séparatistes. Poursuivant sa quête du "Belge parfait" sous forme d’un road movie, le réalisateur rencontre une famille qui utilise au quotidien français et néerlandais, à quelques centaines de mètres de la frontière linguistique.

"Nous ne sommes ni wallons, ni flamands, ni bruxellois mais belges", disent avec fierté les enfants de ce couple mixte wallon-flamand. Le documentariste, lui-même parfaitement néerlandophone et francophone, choisit alors de voir comment les immigrés voient ces tiraillements identitaires belges.

"Le Belge parfait travaille beaucoup, il est sûr qu’en Belgique on vit bien et il croit au compromis. Des Belges comme cela, il y en a beaucoup", commente un Congolais. Précision : le festival One World sur les droits de l’homme est un des plus importants du genre en Europe de l’Est.