Belgique

Les agents pénitentiaires ont pris leur service avec deux heures de retard lundi afin de protester contre le manque de personnel et d'investissement dans les prisons belges, a indiqué la porte-parole de l'administration pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver. Les actions sont davantage suivies en Wallonie et à Bruxelles qu'en Flandre. La grève nationale du 9 février est maintenue. "Le service a repris en Flandre mais des actions sont encore prévues en Wallonie", a déclaré la porte-parole de l'administration pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver à l'agence Belga. Alors que vendredi, le mouvement de contestation semblait être mieux suivi en Flandre où seul un quart des agents avaient pris leur service contre 60% de non-grévistes en Wallonie et à Bruxelles, l'inverse se produit lundi.

"Les prisons fonctionnent normalement mais des ajustements sont nécessaires, notamment au niveau des horaires de préau et des activités", ajoute la porte-parole.

La grève nationale prévue le 9 févier prochain est maintenue en raison de la "faiblesse" de la proposition du ministre de la Justice, Koen Geens. Celle-ci prévoit de faire passer vers les prisons des membres de la Protection civile qui répondraient à certains critères. Cette proposition "n'est pas jugée satisfaisante" par les syndicats chrétiens francophone CSC et flamand ACV, a indiqué Claudine Coupienne, secrétaire permanente et responsable justice de la CSC, après une réunion en front commun.

Le syndicat socialiste sollicitera pour sa part sa base mardi afin d'adopter une position claire concernant cette dernière proposition du ministre de la Justice.