Belgique Pour l’avocat namurois, “ on a fait ce qu’il fallait pour les victimes et il ne serait pas bon d’aller plus loin, au risque de donner aux victimes une position ‘surpuissante’ alors même que beaucoup d’entre elles éprouvent des difficultés, très compréhensibles, à dépasser ce qu’elles ont vécu