Belgique

Les deux avocats d'Abdallah Ait Oud, qui a écopé le 11 juin d'une peine de réclusion à perpétuité assortie d'une mise à disposition du gouvernement de 10 ans, avaient annoncé la semaine passée attendre celle-ci pour décider s'ils iraient en Cour de cassation contre le procès mené aux assises de Liège.

Eh bien, Mes Caroline Poiré et Olivier Martins ont signé vendredi leur pourvoi sans attendre les 15 jours alloués. "La décision a été prise [...] avec notre client. Il veut que son combat continue. Il veut continuer à clamer son innocence et aller jusqu'au bout", a expliqué Me Martins.

Quels sont les "moyens" - les motifs - mis en avant ? Déjà en session d'assises, la défense avait soulevé différents problèmes mettant en cause, selon elle, la sérénité des débats et le droit à un procès équitable. Surmédiatisation et présomption d'innocence bafouée étaient au programme. "A Liège, chacun avait déjà condamné l'accusé avant le procès. Il n'en aurait peut-être pas été de même à Mons par exemple", aime dire Me Martins. Les avocats vont aussi vérifier la forme et la procédure. La cour de cassation ne devrait examiner le pourvoi qu'en automne, voire en hiver.

R.P. (avec Belga)