Belgique

La police bruxelloise a interpellé 19 personnes qui souhaitaient participer à un rassemblement anti-fascisme samedi midi à la Bourse. Le président de la Ligue des Droits de l'Homme fait partie des personnes arrêtées. Il s'agit d'arrestations administratives. La police a demandé aux manifestants de libérer les lieux mais ils ont refusé.

Contacté par l'agence Belga, le président de la Ligue des Droits de l'Homme Alexis Deswaef a déclaré avoir été arrêté administrativement: "Dès mon arrivée, la police m'a intimé l'ordre de quitter les lieux en me notifiant que les rassemblements d'extrême gauche et d'extrême droite sont interdits. J'ai expliqué être là en tant que simple citoyen, mais j'ai tout de même été arrêté." Il précise avoir été emmené à la caserne d'Etterbeek.

La place de la Bourse a été temporairement fermée par la police. La police entend faire respecter l'arrêté d'interdiction de toute manifestation pris par le ministre-président de la région Bruxelloise, vendredi. Elle déloge donc les manifestants qui ont tout de même souhaité se rassembler samedi.

Un grand nombre de policiers a été déployé. Ils étaient plus nombreux que les militants, a constaté l'agence Belga. Les personnes interpellées attendaient dans un bus.

L'accès à la place de la Bourse a été temporairement fermé par la police le temps que "toutes les arrestations aient été effectuées".

Différents groupes, dont le mouvement extrémiste Génération Identitaire, avaient appelé à manifester à Molenbeek samedi après-midi. Ils se sont ensuite retirés après que toutes les manifestations ont été interdites à Bruxelles. Malgré l'interdiction, certaines organisations de gauche ont appelé à se rassembler sur la place de la Bourse.


Les manifestants anti-racisme dénoncent 33 arrestations sur la place de la Bourse

Le contexte "ultra-sécuritaire" de samedi midi sur la place de la Bourse à Bruxelles "contraste très fortement avec la tolérance dont avaient fait preuve les forces de l'ordre envers les 450 hooligans" dimanche dernier, dénoncent la Jeunesse Libertaire, JOC Bruxelles et USE-Jeunes FGTB dans un communiqué. Des militants de ces mouvements se sont rassemblés samedi midi à la Bourse contre l'islamophobie, un rassemblement évacué par la police qui a procédé à "au moins 33 arrestations", selon le communiqué. Le rassemblement était annoncé comme calme, expliquent les militants dans le communiqué, mais la place de la Bourse était "couverte de policiers", "matraque à l'affût". Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l'Homme a été arrêté parmi les premiers.

"Une manifestation antiraciste dans le contexte actuel était et reste nécessaire et fondamentale. Le message adressé par la Région et sa police est celui de la violence et de la peur. Au bout du compte, ils ont fait le jeu de l'extrême droite."