Amnistie: les déclarations de Stefaan De Clerck sont "inacceptables"

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les déclarations de Stefaan De Clerck sur l'amnistie sont "inacceptables", ont déclaré conjointement mercredi le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) et le Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ), mercredi dans un communiqué.

"En parlant explicitement d'oubli, le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, cherche clairement à effacer les crimes les plus odieux commis par des Belges durant la seconde guerre mondiale", disent les deux organismes.

Le ministre a provoqué la polémique en utilisant le verbe "oublier" à propos de la collaboration pendant la deuxième guerre mondiale après la prise en considération d'une proposition de loi du VB sur l'amnistie en séance plénière du Sénat.

En tenant de tels propos, le ministre de la Justice soutient en filigrane la transformation des criminels en 'victimes de la répression', soulignent le CCOJB et le CCLJ.

Ils exhortent M. De Clerck à revenir sur ses déclarations "indignes" d'un ministre de la Justice d'un "Etat démocratique" membre d'une "Europe démocratique".

Pour la communauté juive de Belgique, il est impossible d'oublier des crimes dont elle a été victime. Elle rappelle que plus de 30.000 Juifs ont été déportés entre 1942 et 1944 via Malines et Drancy vers les centres d'extermination en Pologne.

BELGA