Belgique André Lagasse, un des fondateurs du FDF, qu'il a présidé durant près de trois ans, est décédé mercredi à Bruxelles à l'âge de 87 ans. M. Lagasse est né à Ixelles le 21 mars 1923. Après des études gréco-latines à Ixelles, il entreprend des études de droit à l'UCL. Docteur en droit à l'âge de 20 ans, il complète sa formation en droit social à l'université de Nancy. Parallèlement, pendant la seconde Guerre mondiale, il participe à la résistance armée en tant que membre de l'Armée secrète.

Il entame sa carrière politique à Rénovation wallonne. De 1963 à 1965, il fut par ailleurs membre du comité directeur des Quatre mouvements wallons regroupant le Mouvement libéral wallon, Wallonie libre, le Mouvement populaire wallon et Rénovation wallonne. En décembre 1963, il participe avec trois cents autres professeurs d'université à la création du Rassemblement pour le Droit et la Liberté (RDL). En 1964, il fonde le FDF avec René Bourgeois, Paul Brien, Léon Defosset, Jean Hoffman, Marcel Hombert, Victor Laloux, Marcel Lengrand, Léopold Molle, Lucien Outers, Eugène Paul, Marcel Thiry et Georges Avelange, treize personnes issues, d'une part, des différents mouvements wallons, d'autre part, du RDL et du Bloc de la Liberté linguistique.

En 1965, il est élu sénateur de ce parti. Dès son arrivée au parlement, il dépose une proposition de loi portant statut de Bruxelles dans une perspective de vocation européenne. Il fut réélu sans discontinuité comme sénateur de Bruxelles jusqu'en 1985 puis comme député du Brabant wallon de 1987 à 1991. Il est co-fondateur de l'Association internationale des parlementaires de langue française en 1966-1967 (notamment avec Lucien Outers, François Perin, André Baudson et Xavier Deniau). En 1968, il participe à la création du FDF-RW, fédération entre le FDF et le Rassemblement wallon, présidée par Jean Duvieusart, le secrétaire général étant Lucien Outers.

André Lagasse fut également conseiller communal de Bruxelles-Ville et le 21 novembre 1971, aux élections de l'Agglomération de Bruxelles (seules élections jamais organisées), il mène la liste du Rassemblement bruxellois, qui remporte 49,2% des voix et la majorité absolue des sièges. Il devient alors président du Conseil et du Collège d'Agglomération jusqu'en 1989, date de la disparition de cette institution. Il assuma la présidence du FDF de mai 1972 à janvier 1975.

Parallèlement à sa carrière politique, il a menée une carrière universitaire en tant que professeur à l'UCL. Il fut notamment doyen de la faculté de droit de 1971 à 1973.