ArcelorMittal: la direction peu optimiste

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

La direction d'ArcelorMittal assistera jeudi à la réunion de conciliation programmée à 9H30 mais elle ne pense pas que la rencontre, initiée par la ministre fédérale de l'Emploi, Monica De Coninck, puisse trouver une issue favorable. "Nous ne voyons pas à ce stade comment on pourrait concilier les positions de la Direction et des Organisations Syndicales", fait-elle savoir dans une communication interne adressée au personnel mercredi.

La Direction, qui tente par sa communication de répondre aux questions que se posent les travailleurs, explique qu'elle a besoin d'une "position unanime des syndicats pour réunir les conditions d'un dialogue social constructif". Elle ne pourrait donc pas avancer dans la procédure uniquement avec les organisations syndicales qui se disent prêtes à signer, à savoir la CSC et la CNE, qui ont mentionné qu'elles pourraient signer "à contrecoeur".

La Direction de l'entreprise précise que, même si la FGTB et le SETCa changeaient d'avis, le groupe ne reviendrait pas avec certitude sur ses décisions. "Si aujourd'hui la position unanime des organisations syndicales était de signer le document, en tant que représentant de la sidérurgie liégeoise, la Direction apporterait cet élément nouveau au Groupe", a-t-elle seulement fait savoir.

Les responsables de l'entreprise ont également confirmé au personnel que la prise de commande de fer-blanc avait été stoppée dès lundi. Depuis lors, 3600 tonnes ont été affectées à d'autres sites.

Ils ont également précisé la procédure de refroidissement des cowpers avait été demandée et que la batterie K1 avait déjà été mise à l'arrêt.

Di Rupo: "Le gouvernement fédéral prend ses responsabilités"

"Le gouvernement fédéral prend ses responsabilités" dans la gestion du conflit chez ArcelorMittal, a assuré mercredi le Premier ministre Elio Di Rupo, appelé par le MR à faire pression sur le groupe sidérurgique. Celui-ci est jugé coupable de ne pas respecter ses engagements à Liège après l'annonce du retrait d'un plan d'investissement de 138 millions d'euros dans la phase à froid consécutive au blocage des négociations concernant la fermeture de la phase à chaud.

"Comme indiqué dans ce type de situation, la ministre de l'Emploi a désigné un conciliateur social. La priorité est à la reprise du dialogue social entre les travailleurs et la direction d'ArcelorMittal", a indiqué le Premier ministre cité par son porte-parole.

"Le gouvernement wallon multiplie par ailleurs les contacts pour trouver une solution", a rappelé M. Di Rupo. "Le gouvernement fédéral continue à suivre de très près la situation et accompagnera les efforts du gouvernement wallon", a-t-il ajouté.

Rappelant l'implication des Premiers ministres Guy Verhofstadt et Yves Leterme lors de drames industriels précédents, le président du MR, Charles Michel a indiqué mercredi que "le gouvernement doit utiliser tous les moyens politiques et juridiques pour faire pression sur ces grandes entreprises y compris dans l'espace européen".

C'est une "tradition" de voir le Premier ministre s'impliquer, a relevé pour sa part le chef de groupe MR à la Chambre Daniel Bacquelaine, partenaire de majorité. Son homologue au Sénat, la députée régionale liégeoise Christine Defraigne, qui siège dans la majorité au fédéral mais dans l'opposition au Parlement wallon, a également invité le chef du gouvernement à s'impliquer.

Elle a en outre appelé le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte à entreprendre des démarches auprès de l'OCDE, ArcelorMittal se voyant reprocher un non respect du code de bonne conduite.

Le vice-premier ministre MR Didier Reynders a estimé que le gouvernement fédéral devait être aux côtés de la Région et du personnel pour examiner une série d'initiatives qu'il est possible de prendre, notamment sur la scène européenne.

La vice-première ministre PS Laurette Onkelinx a indiqué qu'à ce stade il convenait d'attendre "la médiation" mise en place par la ministre de l'Emploi.

Publicité clickBoxBanner