Belgique

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que le fait que des journaux belges, parmi lesquels "La Libre", dès samedi, aient relayé, en pleine période électorale, les révélations du "Canard Enchaîné" selon lesquelles l’ex-président français Nicolas Sarkozy aurait fait pression sur les parlementaires belges pour accélérer le vote d’une loi étendant la transaction financière en matière pénale afin de "sauver le soldat Chodiev" (voir ci-dessus et ci-contre) n’a pas fait plaisir au sénateur-bourgmestre d’Uccle Armand De Decker (MR), mis en cause par le "Canard" comme ayant été le "contact" en Belgique des émissaires de M. Sarkozy. Il nous disait, hier, avoir été étonné de voir ainsi repris "les écrits fantaisistes" du journal satirique français.

Comme déjà indiqué dans nos colonnes, Armand De Decker affirme qu’à aucun moment, il n’est intervenu au Sénat dans la discussion de la proposition de loi incriminée, que ce soit sur le fond ou sur la procédure. "Les travaux parlementaires sont là pour en attester", ajoute-t-il. M. De Decker, qui est intervenu en tant qu’avocat membre d’un cabinet sollicité par M. Chodiev pour défendre ses intérêts ("mais je ne l’ai jamais rencontré") , souligne que la proposition de loi est une initiative de trois députés CD&V et qu’elle fut discutée et votée par les groupes parlementaires PS, SP.A, CDH, CD&V, MR, FDF, VLD puis adaptée ultérieurement par la même large majorité.

Il s’étonne donc de voir que M. Maingain, député et président du FDF ( "qui a voté cette loi"), demande aujourd’hui la création d’une commission parlementaire d’enquête. Pour M. Maingain, qui s’interroge, après avoir plongé dans ses notes, sur le processus qui a abouti au vote de la loi, "si ce que dit "Le Canard Enchaîné" est vrai, l’affaire est d’une extrême gravité".

En vérité, l’extension de la transaction financière résulte d’un amendement déposé par deux élus CD&V, dont Servais Verherstraeten, mais aussi par deux parlementaires Open VLD, un PS, un CDH et un MR. Rappelons aussi que le collège des PG a étendu, en mai 2012, alors que la ministre de la Justice est Open VLD, le champ d’application de la loi en dehors de tout débat parlementaire.

Rappelons enfin que "Le Canard Enchaîné" se repose sur une note du préfet Jean-François Etienne des Rosaies, chargé de mission à l’Elysée sous Sarkozy, où il est fait mention des rencontres que le préfet aurait eues régulièrement en Belgique avec le cabinet d’avocats où officie M. De Decker. Le préfet va même jusqu’à écrire noir sur blanc : " J’ai donc obtenu le soutien déterminant de mon cousin germain Armand De Decker qui nous a apporté l’adhésion des ministres de la Justice, des Finances et des Affaires étrangères. Et qui a engagé le vote (à l’unanimité) de son parti libéral."