Belgique

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe dans le monde associatif : la princesse Astrid a décidé de ne pas demander le renouvellement de son mandat de présidente d'honneur de la Croix-Rouge de Belgique. Alors qu'il vient à échéance dans trois semaines, elle devait, selon les statuts, faire connaître sa décision au plus tard ce 8 décembre...

Selon le porte-parole du Palais royal, cela ne signifie cependant pas qu'elle tourne définitivement le dos à une institution dont l'image se mêle quand même traditionnellement à celle des familles royales. Et plus singulièrement à la nôtre : avant la princesse, notre actuel Roi en fut le président d'honneur pendant 35 ans.

Sa décision n'en est que plus forte. Officiellement, les remous qu'a connus la Croix-Rouge ces dernières années et auxquels la Princesse fut mêlée bien malgré elle à propos du rôle de sa conseillère personnelle Stéphanie Rutten ne sont pas en cause mais il est clair que les tensions entre les ailes néerlandophone et francophone n'ont pas facilité son rôle de "médiatrice nationale" au-dessus de la mêlée.

En fait, explique Pierre-Emmanuel De Bauw, "suite à une discussion entre les ailes néerlandophone et francophone de l'organisation, à propos de la nouvelle structure de l'institution, la Princesse a envoyé une lettre début novembre aux vice-présidents respectifs de ces deux sections. Elle y formulait une série de questions qui lui semblaient importantes pour décider d'un éventuel nouveau mandat à la tête de la coupole nationale". La princesse Astrid a ainsi demandé quelles étaient les chances d'arriver encore à un accord sur la nouvelle structure de la Croix-Rouge d'ici la fin de l'année. De même, elle a souhaité disposer d'une description de la coupole nationale au sein de cette nouvelle structure. Enfin, elle entendait être éclairée sur les garanties à propos des transactions financières passées au sein de l'ONG et sur la communication de ces transactions. Début décembre, les vice-présidents, le Dr Léopold Baute (NL) et Danielle Mallinus (F), ont envoyé une réponse commune à ces interpellations mais "il en est ressorti que les deux points de vue des ailes linguistiques étaient très distants l'un de l'autre".

La Princesse en a tiré ses conclusions... Un communiqué du Palais a précisé que "la Princesse continuera à s'investir dans les nombreux projets et organisations qu'elle soutient déjà de longue date et sera à l'écoute des nouvelles initiatives d'autres associations qui s'engagent dans des objectifs humanitaires en Belgique et à l'étranger". Comme la lutte contre les mines antipersonnel et contre la malaria via la plate-forme Roll Back Malaria.

Seul commentaire, on ne peut plus sibyllin d'Astrid : "Le dévouement bénévole sans relâche des volontaires a toujours été pour moi une source d'inspiration et d'encouragement." A la section francophone de la Croix-Rouge, on s'est refusé à tout commentaire, vendredi soir...

© La Libre Belgique 2007