Belgique

Des militaires ont ouvert le feu sur un homme vendredi soir vers 20h15, boulevard Émile Jacqmain, à Bruxelles.

Une perquisition a été effectuée au domicile de l'assaillant, à Bruges, dans le courant de la nuit, annonce le parquet fédéral. "Dans l'intérêt de l'enquête, aucun autre détail ne peut être communiqué", ajoute-t-il.

L'homme qui a agressé au couteau une patrouille de militaires vendredi soir à Bruxelles est décédé, a indiqué le parquet fédéral. Il s'agit d'un Belge d'origine somalienne né en 1987. Seul un militaire est blessé à la main, a également confirmé le parquet fédéral.

"Le parquet fédéral a saisi un juge d'instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme et l'a chargé d'instruire des faits de tentative d'assassinat terroriste", annonce un communiqué du parquet fédéral.

Une autopsie de l'auteur des faits sera exécutée dans les prochaines heures, selon le parquet de Bruxelles. Cela pour permettre au Parquet de Bruxelles de prendre une décision définitive sur la nature de ce dossier et de vérifier la version des faits des militaires attaqués.

"L'homme était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans", déclare également le parquet.

L'assaillant a "crié deux fois Allah Akbar" (Dieu est le plus grand en arabe) lors de son attaque au couteau, visant deux militaires, dont l'un a été "légèrement blessé".

L'homme qui a commis les faits a obtenu la nationalité belge en 2015 et était connu pour un fait de coups et blessures en février 2017, selon les dernières informations fournies par le parquet fédéral.

Il a commis quelques "actes de vandalisme" par le passé mais n'était pas fiché pour terrorisme, extrémisme ou radicalisme. Vendredi soir, l'individu, armé d'un couteau, a attaqué les trois militaires de dos, a précisé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon ce samedi matin.

Selon Jan Jambon, les militaires ont agi en état de légitime défense. "Les militaires ont fait ce qu'ils avaient à faire. C'est la tâche des soldats et de la police de protéger les citoyens et les institutions. Ils ont parfaitement agi."

Niveau de menace

Le niveau de la menace terroriste reste toutefois inchangé en Belgique, a rapporté le porte-parole du Centre de crise. Il s'élève donc toujours à trois sur une échelle de quatre. Cela signifie qu'un "attentat est possible et vraisemblable".

Le cabinet du Premier ministre Charles Michel a, lui, fait savoir qu'il ne communiquerait plus ce vendredi soir.

© BELGA

L'homme, A. H. (provenant de Bruges), était âgé d'une trentaine d'années et d'origine somalienne. Il n'était pas connu des services de police pour des faits de terrorisme. Il aurait foncé sur des militaires armé d'un couteau. Les militaires ont riposté en tirant sur l'assaillant.

Le parquet fédéral a annoncé qu'il reprenait le dossier.

Selon Philippe Close, "c'est l'acte d'un individu isolé".


Charles Michel apporte son soutien aux militaires après une attaque à Bruxelles

"Tout notre soutien à nos militaires. Nos services de sécurité restent attentifs", a twitté vendredi soir le Premier ministre Charles Michel, après que deux militaires ont été attaqués par un homme muni d'un couteau sur le boulevard Emile Jacqmain dans le centre de Bruxelles.

"Nous suivons la situation de près avec le centre de crise", a ajouté le chef du gouvernement belge.