Belgique

Deux individus sur les sept interpellés ce week-end dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis vendredi à Paris ont été placés sous mandat d'arrêt et inculpés du chef d'attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste, a indiqué lundi le parquet fédéral.

Les cinq autres, dont Mohamed Abdeslam, frère du suspect activement recherché Salah Abdeslam, ont été libérés.

Lundi dans la matinée, une opération policière a été menée rue Delaunoy à Molenbeek-Saint-Jean en vue d'interpeller Salah Abdeslam, le suspect clé visé par un mandat d'arrêt international et activement recherché dans le cadre des attentats de Paris. Une perquisition a été exécutée, mais aucune arrestation judiciaire n'a été effectuée, a encore précisé le parquet. (Les détais sur ces perquisitions ici)


La police italienne à la recherche d'une Seat Ibiza noire

La police est à la recherche d'une Seat Ibiza noire dans le nord de l'Italie, en lien avec les attentats de Paris, rapportent les médias italiens. Un Français de 32 ans suspecté d'être l'un des auteurs des attaques se trouverait à bord du véhicule. Le service coopération internationale de la police italienne a émis un message de recherche d'une Seat Ibiza noire dont la plaque est GUT 18053 et qui est vraisemblablement entrée en Italie par Vintimille.

Des patrouilles ont été mises en place sur les autoroutes du Piémont ainsi qu'autour de Turin.


Mesures prises pour renforcer la sécurité des deux lycées français en Belgique

Le consulat de France en Belgique a adopté des mesures de sécurité aux abords des implantations françaises situées sur le territoire belge, dont les deux lycées, à la suite des attentats commis à Paris vendredi, a-t-il indiqué dans un communiqué. "Des mesures fortes, à la hauteur de la gravité de la situation que traverse notre pays, ont été annoncées par le Président de la République. L'Ambassade et le Consulat général ont été appelés à une vigilance maximale. Des mesures ont donc été immédiatement prises pour renforcer la sécurité de nos implantations et, tout particulièrement de nos deux lycées, avec un fort soutien des autorités belges", précise le consulat dans un message adressé aux Français résidant en Belgique.

Il s'agit des lycées français Jean Monnet situé à Uccle et international à Anvers.

L'ambassade et le consulat de France ont par ailleurs lancé un registre de condoléances en ligne pour permettre aux citoyens de "déposer (leurs) témoignages de soutien aux victimes et familles des victimes".


Le Comité R va enquêter sur les services de renseignements belges

Le Comité R, qui contrôle les services de renseignements et de sécurité au nom du parlement et du gouvernement, ouvre en enquête sur la Sureté de l'Etat et les services de renseignements militaires à propos du lien belge avec les attentats de Paris, selon les informations du magazine flamand MO*.

"Nous allons rapidement commencer notre enquête sur les deux services de renseignements belges", à savoir la Sûreté de l'Etat et le service général du renseignement et de la sécurité, a indiqué le Comité R au magazine. Sans pouvoir s'exprimer sur les questions qui vont être soulevées, le Comité permanent veut chercher à comprendre comment ces organes ont fonctionné ces derniers mois.

Le député écologiste Stefaan Van Hecke (Groen) demande également une enquête du Comité R mais aussi du Comité P, qui contrôle les services de police. "Il semble que les terroristes échappent au radar des renseignements et de la police. La question est de savoir ce que nous pouvons faire de plus maintenant".

Il déplore que trop d'interrogations découlent du fait que certaines personnes impliquées dans les attentats de Paris opéraient depuis Bruxelles. Chaque comité devrait donc déterminer quelles étaient les informations des différents services, et si elles ont été échangées tant en interne qu'avec l'étranger.


"Seuls 12% des départs de Belgique vers la Syrie proviennent de Wallonie"

Sur la totalité des départs de ressortissants belges vers la Syrie, à peine près de 12% proviennent de Wallonie, soit proportionnellement trois fois moins que la part de la population wallonne dans la population belge, a appris lundi Belga à bonne source, qui cite sous couvert de l'anonymat une information de l'OCAM, l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace. Plus de 828 Belges sont considérés par les autorités du pays comme étant radicalisés, selon des chiffres dévoilés fin septembre par RTL-TVI. Parmi eux, 270 étaient en Syrie ou en Irak.

Chaque mois, cinq à dix personnes quittent la Belgique pour aller combattre en Syrie ou en Irak aux côtés de l'Etat islamique, un nombre en baisse, mais qui nécessite encore des efforts pour le réduire, avait indiqué début novembre le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders.