Belgique

La Défense a classé sans suite les demandes de décoration des militaires qui ont dépassé leur fonction pour venir en aide aux victimes lors des attaques terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles ou pour neutraliser des terroristes dans la capitale en 2017, rapportent jeudi La Dernière Heure, citée aussi par Het Laatste Nieuws et De Morgen. La quarantaine de demandes n'a pas abouti, la Défense ayant décidé de classer l'affaire sans suite.

Au total, 29 militaires du bataillon présent le 22 mars 2016 lors de l'attentat à l'aéroport de Bruxelles ont introduit une demande pour obtenir une décoration militaire interne à la Défense pour services exceptionnels ou pour acte de courage ou de dévouement, ainsi que pour la médaille du Carnegie Hero Fund, externe à la Défense, qui est octroyée pour récompenser les actes d'héroïsme.

Sept autres militaires, qui sont intervenus à la station Maelbeek le même jour pour rechercher des rescapés à la suite de l'explosion dans le métro et qui ont contribué à l'évacuation de la station Arts-Loi, ont également introduit une demande pour une médaille du mérite et celle du Carnegie Hero Fund. Tout comme les trois militaires qui ont abattu un terroriste qui avait fait exploser une bombe artisanale dans une valise, le 20 juin 2017, à la gare Centrale de Bruxelles, et les trois autres qui ont neutralisé de la même manière un terroriste armé d'un couteau le 25 août 2017 à Bruxelles.

"Le travail effectué par les militaires ce jour-là fut exceptionnel. Cependant, tous les militaires auraient fait la même chose. Nous ne voulons pas favoriser ce culte de l'héroïsme à la Défense. Tous les militaires ayant participé à la mission 'Operation Vigilant Guardian' ont reçu une médaille commémorative pour défense opérationnelle du territoire, mais nous ne voulons pas faire de différence entre eux. Ils ont tous fait un travail remarquable", réagit Alex Claesen, officier de presse de la Défense.

La décision est décriée par le syndicat SLFP-Défense.