Belgique

Les frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, qui étaient recherchés pour leurs liens avec le réseau terroriste impliqué dans les attentats du 13 novembre à Paris, ont été identifiés comme étant les kamizakes qui se sont fait exploser ce mardi à Bruxelles.

Ibrahim El Bakraoui s'est fait exploser à l'aéroport de Zaventem. Son frère, Khalid, était quant à lui l'auteur de l'explosion dans la station de métro de Maelbeek.

Ces deux frères, des délinquants connus, appartiendraient donc à la filière responsable des attentats de Paris et dont plusieurs membres, notamment Salah Abdeslam, ont été arrêtés.


Selon la RTBF, la personne recherchée depuis mardi après l'attentat de l'aéroport de Zaventem et dont une image a été diffusée mardi soir pourrait être Najim Laachraoui, un djihadiste présumé de 24 ans qui aurait été l'artificier des équipes qui ont semé la terreur dans la capitale française le 13 novembre 2015. Dans son sac était présente une charge, la plus importante des trois.

Aucune arme de guerre ou de poing n'a été trouvée à l'aéroport


Qui sont les frères El Bakraoui?

Selon les informations de la DH, Khalid et Ibrahim El Bakraoui, âgés de 27 et 30 ans, étaient déjà recherchés par la police. L’un pour terrorisme, l’autre pour une peine à exécuter. Ils pourraient donc être les deux personnes qui ont pris la fuite de l’appartement de Forest où la police est venue perquisitionner. La police était à leur recherche depuis une semaine.

En octobre 2010, Ibrahim a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov. Les événements dataient du 30 janvier de cette année-là, boulevard Adolphe Max, à Bruxelles, et rue de Wautier, à Laeken.

Avec un complice, Ibrahim commet alors un braquage chez un agent de change. Ibrahim reste dans la voiture et fait le guet. Une fois le braquage commis, les auteurs s’en vont, à trois, dans la voiture. La police tente de les intercepter mais Ibrahim El Bakraoui fait feu à plusieurs reprises sur les agents et blesse l’un d’entre eux de trois projectiles.

Ibrahim est reconnu coupable et est condamné à une peine de 9 ans de prison. En février 2011 cette fois, c’est Khalid El Bakraoui qui se retrouve devant la justice. Il est condamné à 5 ans de prison sans sursis pour des car-jackings. Lors de son arrestation à l’époque, il détenait des kalachnikovs avec ses complices.


Qui est Najim Laachraoui?

Dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, les services de police recherchaient activement Najim Laachraoui, âgé de 25 ans.

L'ADN de Najim Laachraoui, dernier complice présumé identifié dans l'enquête sur les attentats de Paris, a été retrouvé sur "du matériel explosif utilisé lors des attaques" qui ont fait 130 morts le 13 novembre, a indiqué une source proche de l'enquête française. L'homme, parti en Syrie en février 2013, est recherché depuis le 4 décembre.

Il avait été contrôlé sous la fausse identité de Soufiane Kayal début septembre à la frontière austro-hongroise en compagnie de Salah Abdeslam, suspect clé des attentats arrêté vendredi à Bruxelles, et de Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans abattu par la police à Forest.

Il avait loué sous ce nom une maison à Auvelais, qui a servi à préparer les attentats djihadistes de Paris.

Les enquêteurs le soupçonnent également d'avoir été, avec Mohamed Belkaïd, en lien par téléphone avec certains des kamikazes le soir du 13 novembre.

Il y a selon eux une "forte probabilité" pour que Belkaïd ait été le destinataire du SMS "On est parti, on commence", envoyé le 13 novembre au soir par l'un des kamikazes de la salle de spectacle du Bataclan, à un téléphone localisé en Belgique.

Un autre numéro belge a appelé ce soir-là Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attaques, depuis le même endroit à Bruxelles. Abaaoud a été tué le 18 novembre par la police française lors d'une opération contre un immeuble de Saint-Denis, en banlieue parisienne.

Les attentats ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés. Trente-neuf personnes ont été tuées dans des cafés et restaurants de l'Est parisien et 90 ont péri au Bataclan.