Belgique

Le week-end a été riche en informations. 

Voici ce que l'on sait.


Salah Abdeslam a été arrêté vivant mais blessé au genou vendredi à 16h40 au 79 rue des Quatre Vents de Molenbeek. Il a dormi à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles de vendredi à samedi et a été inculpé le lendemain pour assassinat terroriste. Il se trouve depuis samedi dans la très surveillée prison de Bruges



La police n'a dû essuyer aucun coups de feu de résistance lors de l'interpellation de Molenbeek. D'après l'avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary, il collaborerait à l'enquête.

Cinq arrestations

Au total, cinq personnes ont été arrêtées ce vendredi dont Salah Abdeslam. Les autres personnes sont Abid Aberkan, ami d'enfance d'Abdeslam qui l'a aidé à se loger et se cacher chez sa mère Djemila M., libérée samedi mais toujours inculpée. Pour sa part, Sihane Aberkan, compagne d'Abid Aberkan, a été libérée samedi sans inculpation. Enfin, une dernière personne se faisant appeler Amine Choukri a également été inculpée pour "assassinat terroriste", comme Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam, par son avocat, Sven Mary, s'oppose à son extradition vers la France


Cette opposition n'a pour conséquence que de retarder son extradition car celle-ci aura bel et bien lieu. Officiellement, Sven Mary déclare qu' « il faut laisser une chance aux enquêteurs belges. » Officieusement, on peut comprendre qu'Abdeslam préfère la prison ultra sécurisée de Bruges à une prison française, qui pourrait lui être bien plus dangereuse. L'extradition de Salah Abdeslam pourrait prendre plusieurs semaines, jusqu'à trois mois selon les experts. Une situation qui, quoi qu'on en dise, arrange bien les autorités belges et peu les françaises même si la communication opérée par les deux pays veut paraître lisse et positive. En effet, l'enquête belge est focalisée sur l'urgence : repérer d'autres complices qui pourraient encore être présents dans le pays. La France, elle, cherche davantage à comprendre ce qu'il s'est passé le 13 novembre. 

Qu'a fait Salah le 13 novembre?

Le rôle d'Abdeslam était, selon Salah Abdeslam lui-même, de se faire exploser au Stade de France ce qu'il n'a finalement pas fait. 



Cette révélation provient du Procureur de la République française, François Molins ce qui n'a pas plu à l'avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary, qui compte porter plainte contre le procureur. Sven Mary, " l'avocat des crapules ", est décrit comme procédurier et "en guerre contre le Parquet". Sa plainte contre le Procureur de la République n'a aucune chance d'aboutir étant donné l'immunité dont dispose François Molins.

La perquisition de Forest était un élément crucial dans la capture d'Abdeslam. Il est certain que la police ne pensait pas l'y trouver mais le déploiement policier dans la commune après les premiers échanges de coups de feu et la tension qui y régnait laisse penser que la police a directement compris qu'il était là, mardi dernier.

© Belga

Opération policière avancée... à cause d'une fuite

En début d'après-midi, vendredi, une fuite dans la presse française révèle la présence d'ADN d'Abdeslam dans l'appartement de Forest. Cet élément, connu des rédactions belges mais gardé sous silence pour les besoins de l'enquête  a précipité l'intervention de Molenbeek. L'opération aurait dû avoir lieu le lendemain, samedi, en raison de la présence d'une école à quelques mètres de là.

Contrairement à une rumeur, Salah Abdeslam n'était pas à l'enterrement de son frère Brahim le jeudi 15 mars. La présence policière, nombreuse mais discrète, rend complètement impossible cette hypothèse. Toutes les personnes présentes ont d'ailleurs été contrôlées.

© AFP

Autres suspects

D'autres complices des attentats ont pu être reliés par les perquisitions de Forest et de Molenbeek sans pour autant déterminer leur nombre et leur degré d'implication. Il semble acquis que certains ont aidé Abdeslam dans sa fuite et ses multiples cachettes.

Depuis que nous savons que Mohamed Belkaid est celui qui se faisait appeler Samir Bouzid, le rôle de celui-ci est au moins aussi important dans les attentats que celui d'Abdeslam. Pour rappel, Samir Bouzid a piloté par téléphone et en direct les attentats de Paris depuis Bruxelles et a aidé Abdeslam pendant ses quatre mois de fuite.

Depuis ce lundi matin, nous savons que celui qui se faisait appeler Soufiane Kayal s'appelle Najim Laachraoui. C'est un Belge de de 24 ans. Il est l'un des deux logisticiens des attentats de Paris qui coordonnait les opérations depuis Bruxelles. C'est aussi lui qui avait loué, au nom de Soufiane Kayal la maison d'Auvelais. Son ADN a donc été retrouvé à Auvelais, mais aussi à Schaerbeek, là où on été fabriqué les différents explosifs utilisés à Paris. D'après une source proche de l'enquête, son ADN a été retrouvé sur des ceintures explosives utilisées lors du 13 novembre.

© DR

Ci-dessus, les deux hommes recherchés par les enquêteurs. A gauche, Mohammed Abrini, à droite, Najim Laachraoui, allais Soufiane Kayal.

Un troisième individu impliqué dans les attentats n'est toujours pas entre les mains de justice belge, et pour cause, il est détenu en Turquie. Il s'agit d'Ahmed Dahmani, il a effectué plusieurs voyages vers la Syrie pendant l'été 2015 et est suspecté d'y avoir recruté des candidats terroristes pour l'Europe. Il a été arrêté à Antalya en Turquie le 16 décembre et depuis, il n'a toujours pas été extradé vers la Belgique malgré les demandes des enquêteurs belges.

© REPORTERS

Ce qu'on ne sait pas

On ne sait pas précisément comment la police a retrouvé la trace de Salah Abdeslam. De nombreuses théories existent. Il est impossible de les confirmer. La vérité pourrait être un mélange de ces différentes hypothèses.

  • Abdeslam se trouvait dans la maison de Forest lors de la perquisition mardi et la police n'aurait jamais perdu sa trace jusqu'à Molenbeek.
  • Il aurait appelé un complice, Abid Aberkan, surveillé depuis plusieurs mois par la police, après la perquisition de Forest. La ligne téléphonique de ce complice était surveillée depuis plusieurs mois, ce qui a permis de retrouver Abdeslam.
  • Il aurait été balancé à la police par une personne à qui il a demandé de l'aide après la perquisition de Forest.
  • Une personne, Abid Aberkan, présente à l'enterrement de Brahim Abdeslam jeudi 17 mars aurait été suivie jusqu'à l'appartement de Molenbeek et aurait mené la police à la cache de Salah Abdeslam, sans le vouloir.
  • Une commande nombreuse de pizzas aurait permis à la police de comprendre que le maison était peuplée par plus de personnes que ce que la maison aurait dû compter.

Les questions de l'enquête


Dans quel état d'esprit se trouve Salah Abdeslam ? Aurait-il tenté de se suicider en sortant en courant de la maison vendredi soir ? Se serait-il simplement rendu sans résistance, annonçant d'ailleurs rapidement « je suis Salah Abdeslam » ? D'après certains, sa fuite du 13 novembre alors qu'il devait se faire exploser et sa reddition sans résistance vendredi font de lui quelqu'un d'hésitant, loin de l'image du martyr qui circulait avant vendredi.

Quel est le vrai nom et le rôle exact de celui qui se fait appeler Amine Choukri ? Il a été arrêté vendredi soir également et mis en examen pour meurtre terroriste. En revanche, son vrai nom n'est pas encore connu. Ses empreintes ont été retrouvées aussi bien à Forest que dans la maison d'Auvelais.

Quel est le rôle exact d'Abid Aberkan et de sa famille ? C'est dans l'habitation de sa mère que Salah Abdeslam se trouvait vendredi.

Où se trouve Mohammed Abrini, un complice et grand organisateur des attentats de Paris ? Le Parquet a répété l'appel à témoin à son encontre ce lundi matin.

Où se trouve Najim Lacchraoui, celui qui se faisait appeler Soufiane Kayal ? Le Parquet a lancé ce lundi matin à un appel à témoin.

Où sont les frères El Bakraoui, dont l'un des deux est suspecté d'avoir loué à son nom la maison de Forest ?

Par où est passé Salah Abdeslam entre le 14/11/2015 à Schaerbeek et le 18/03/2016 à Molenbeek ? Plusieurs étapes ont émaillé sa fuite mais tout n'est pas encore clair. On sait en revanche, grâce aux recherches scientifiques, qu'il passé, peut-être plusieurs semaines, par la rue du Dries à Forest. Ses empreintes et son ADN ont été retrouvés sur de la vaisselle. Sa présence mardi à Forest semble acquise.

© BELGA

Quelle est l'étendue du réseau qui subsiste aux nombreuses interpellations réalisées en Belgique depuis novembre (au moins 15 personnes sont actuellement inculpées en Belgique pour une participation directe ou indirecte dans ces attentats) ? Le réseau est-il encore assez grand pour commettre d'autres attentats ? D'après Didier Reyders ce serait le cas , d'ailleurs l' OCAM a maintenu le niveau de menace terroriste à 3 sur 4. Mais cette information est à prendre avec beaucoup de prudence. Les autorités calibrent très précisément leur communication pour éviter d'offrir de trop nombreuses informations à des complices qui seraient encore recherchés. Il s'agit bien ici du cœur de l'enquête encore en cours... et du contenu des interrogatoires de Salah Abdeslam.


A 15h aujourd'hui, une conférence presse conjointe du Parquet Fédéral et du Procureur de la République française aura lieu. Nous la commenterons en live ci-dessous.