Attentats: la justice belge demandera l'extradition de l'Algérien arrêté en Italie

rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Belgique

Ce dimanche matin, dans le cadre d’un dossier de terrorisme du parquet fédéral, 13 perquisitions ont été exécutées ce matin : 4 à Mechelen, 1 à Duffel, 3 à Bruxelles, 1 à Molenbeek, 1 à Anderlecht et 3 à Laeken, annonce le parquet fédéral.

Au total 9 personnes ont été emmenées pour audition. Cinq d’entre elles ont été libérées après audition approfondie.

Le magistrat instructeur décidera dans le courant de la journée de leur placement ou non en détention préventive.


8 suspects recherchés dans l'enquête sur les attentats de Paris et de Bruxelles

Les services de sécurité européens sont à la recherche d'au moins huit suspects liés aux attentats de Paris et de Bruxelles, indique le journal allemand Die Welt dans son édition dominicale. Il s'agit d'islamistes, principalement de nationalité belge ou française, qui sont partis en Syrie ou qui sont présents sur le sol européen, affirme le journal, citant une source sécuritaire européenne.

Ces suspects auraient été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, tué en novembre 2015 par les forces spéciales françaises lors d'un assaut à Saint-Denis en région parisienne, et soupçonné d'être le cerveau des attentats du 13 novembre à Paris.

Selon Die Welt, les résultats de l'enquête menée en France et en Belgique montrent également que l'Algérien Mohamed Belkaid, abattu le 15 mars lors d'une perquisition à Forest, était également l'un des leaders européens de l'Etat islamique (EI).

Avec Najim Laachraoui, l'un des kamikazes de l'aéroport de Zaventem, Belkaid est soupçonné d'avoir dirigé par téléphone les terroristes qui ont commis les attentats de Paris.


Abderahmane Ameroud inculpé pour participation terroriste

Le suspect Abderamane A., interpellé vendredi à Schaerbeek dans le cadre de l'enquête ayant conduit à l'arrestation de Reda Kriket à Argenteuil (France), a été placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, a indiqué dimanche le parquet fédéral à l'agence Belga. L'homme, qui est blessé à la jambe, avait été interpellé vendredi avenue Rogier à Schaerbeek, à hauteur d'un arrêt de tram. Il avait vu sa privation de liberté être prolongée d'une période de 24 heures par le juge d'instruction qui l'a finalement placé sous mandat d'arrêt.

Plusieurs médias rapportent depuis samedi que le suspect interpellé vendredi à Schaerbeek avait été condamné en 2005 pour complicité dans l'assassinat du commandant Massoud et qu'il s'agit d'Abderahmane Ameroud. Le parquet fédéral refuse de donner l'identité complète de l'homme placé sous mandat d'arrêt et même de confirmer que le prénom divulgué dans son communiqué de samedi est correctement orthographié.

Le commandant Ahmed Shah Massoud, chef de l'Alliance du nord et chef de guerre antitaliban, avait été tué par deux Tunisiens s'étant fait passer pour des journalistes, Dahmane Abd el-Sattar et Bouraoui El-Ouaer, le 9 septembre 2001, deux jours avant les attentats meurtriers du réseau Al-Qaïda aux Etats-Unis. Cinq islamistes avaient été condamnés à des peines de 2 à 7 ans de prison le 17 mai 2005 à Paris, notamment pour avoir aidé les deux militants tunisiens à assassiner le commandant Massoud en Afghanistan avec une caméra piégée. Abderahmane Ameroud, un Algérien âgé alors de 27 ans, avait été condamné à sept ans de prison, ainsi qu'à une interdiction définitive d'accéder au territoire français, par la 13e chambre du tribunal correctionnel de Paris.



Rabah N. inculpé pour participation aux activités d'un groupe terroriste

Le suspect Rabah N., interpellé vendredi rue de Mérode à Saint-Gilles dans le cadre de l'enquête ayant conduit à l'arrestation de Reda Kriket à Argenteuil (France), a été placé sous mandat d'arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste.

L'autre suspect blessé à la jambe et interpellé vendredi à Forest, rue de Belgrade, Tawfik A., a, lui été remis en liberté par le juge d'instruction après audition approfondie.

Le Français arrêté à Argenteuil, Reda Kriket, né le 17 janvier 1982, était activement recherché depuis le 17 août 2015, date à laquelle un mandat d'arrêt européen avait été émis. Reda Kriket avait été condamné également par défaut à Bruxelles en juillet 2015 avec Abdelhamid Abaaoud lors du procès en Belgique d'une filière djihadiste vers la Syrie.

Selon le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, Reda Kriket, 34 ans, a été interpellé jeudi pour un projet d'attentat en France "à un stade avancé".

D'après l'AFP, des fusils d'assaut et des explosifs ont été retrouvés jeudi dans un appartement de la région parisienne occupé par Reda Kriket. Outre une petite quantité de TATP prêt à l'emploi, de l'acétone et de l'eau oxygénée, ingrédients entrant dans la composition de cet explosif, ont été retrouvées à Argenteuil, en région parisienne. Cet explosif est utilisé fréquemment par les djihadistes du groupe Etat islamique.


La justice belge demandera l'extradition de l'Algérien arrêté en Italie

La justice belge demandera l'extradition de Djamal Eddine Ouali, un homme d'origine Algérienne recherché en Belgique. L'homme est soupçonné d'avoir fabriqué des faux documents ayant été utilisés par certains des auteurs présumés des attentats de Paris et probablement aussi par Salah Abdeslam. L'enquête doit encore démontrer si cette filière a également fourni des documents aux auteurs des attentats de Bruxelles, a indiqué dimanche le parquet de Bruxelles. En octobre 2015, plusieurs perquisitions ont eu lieu dans le cadre d'une instruction qui visait la fabrication de faux documents d'identité, a précisé le parquet.

Une instruction a été ouverte et plusieurs suspects ont été placés sous écoute et observés. L'enquête a permis de localiser l'atelier de fabrication de faux documents. Le chef présumé de l'organisation a été arrêté et placé sous mandat d'arrêt, ainsi que plusieurs co-auteur probables. Au total, 9 personnes ont été placées en détention préventive. Djamal Eddine Ouali, un des maillons importants de l'organisation était toutefois toujours en fuite et était soupçonné d'être le fabricant des faux documents. Un mandat d'arrêt européen ainsi qu'un mandat d'arrêt international avaient été délivrés à son encontre.

Samedi, l'homme a été arrêté en Italie et la justice belge demandera son extradition. Selon l'agence de presse italienne Ansa, Djamal Eddine Ouali aurait fourni de faux papiers à Najim Laachroui, impliqué dans l'explosion à l'aéroport de Bruxelles National mardi, à Salah Abdeslam, suspecté de faire partie du commando terroriste de Paris en novembre, et à Mohamed Belkaïd, un autre suspect lié aux attentats de Paris tué à Forest lors de l'opération policière du 15 mars.