Belgique

Un éclairage de Christian Laporte

Depuis plusieurs décennies, le Palais royal de Bruxelles s'est imposé comme une étape touristico-citoyenne obligée au coeur de la capitale pendant les mois d'été. Dans un premier temps il s'agissait de permettre aux Belges mais aussi aux touristes de passage chez nous de découvrir ce haut-lieu du pouvoir et de pouvoir politique de la Belgique. Et donc de découvrir "de visu" le "bureau de travail du Roi" où ce dernier se rend pratiquement tous les jours ouvrables lorsqu'il n'est pas en mission ici ou à l'étranger. Une dimension supplémentaire s'y ajouta telle une couche de lasagne lorsque le Palais décida de doubler cette découverte de plusieurs expositions temporaires avec l'appui de diverses autorités scientifiques et culturelles belges.

Cette année, l'institution monarchique n'étant nullement portée sur l'inertie puisqu'elle fête sobrement mais positivement le premier quinquennat du règne de Philippe, elle a décidé de "relooker" aussi son organisation sans pour autant toucher à l'essence même de la démarche: en apprendre toujours un peu plus aux nôtres mais aussi à tous ceux que la Belgique interpelle sur la fonction royale mais qui veulent aussi mieux découvrir tous les apports belges dans de très nombreux domaines.

Ceci n'est pas un musée...

Le résultat vaut le détour. Au fond, c'était sans conteste un "must" de permettre aux visiteurs de découvrir le Palais mais on restait parfois sur sa faim.

© BELGA

Fort bien de parcourir salle par salle et d'y dénicher de petits trésors culturels ou artistiques, mais c'est évidemment encore mieux de remettre les différentes salles du Palais en situation concrète. D'où cette année, à l'entrée de chacune d'elles sise sur le parcours, une première explication globale précisant l'usage des lieux mais aussi une série de documents d'archives montrant que l'on ne se trouve absolument pas dans un musée mais dans un endroit où se sont écrites et s'écriront encore des pages d'Histoire de la Belgique. Un "plus" incontestablement même si un historien pointu de nos amis n'a pu s’empêcher d'attirer notre attention sur certaines définitions sans doute un brin réductrices sur les panneaux explicatifs. Mais on ne va pas bouder son plaisir et donc inviter aussi les Belges à (re)prendre possession du, et au fond, de leur Palais.

Avec toujours des surprises… Qui pouvait se douter par exemple que les joueurs du Standard et ceux du Real Madrid avaient été reçus au début des années 1960… ? Puis cette évocation par l'image de tant et tant d'événements permet de se forger une idée plus complète des lieux. Ainsi, ceux qui ont eu la chance de pouvoir venir s'incliner voici 25 ans devant la dépouille mortelle du roi Baudouin se remémoreront l'ambiance recueillie qui régnait au Salon du Penseur alors que devant le Palais des milliers de Belges se pressaient pour pouvoir rendre cet ultime hommage. Des remises en perspective utiles grâce notamment à la collaboration de l'association Dynastie et Patrimoine culturel, l'ancien musée de la Dynastie…

© BELGA

Il est vrai qu'il ne faut pas y rater non plus la partie de l'exposition dédiée au vingt-cinquième anniversaire de la disparition du roi Baudouin. On y retrouve quelques fameuses "unes" de la presse de l'époque dont celle de "La Libre" au lendemain de son décès mais on se remémore aussi bien des éléments en revoyant les extraits des journaux télévisés et autres retransmissions en direct..

Dans un autre ordre d'idées, Belspo, la Politique fédérale scientifique et ses différentes composantes ont encore fait de la belle ouvrage en proposant aux visiteurs de se focaliser sur leurs trésors de recherches. Le fait qu'ils aient migré de la salle du Trône à celle des Glaces est plutôt un "plus"…De quoi susciter "l'émerveillement" qui n'est pas par hasard le thème général de cette exposition-là! Enfin, fidèle à la tradition, Technopolis, le centre flamand des sciences et de la technologie, est aussi très fidèlement présent. Cette année, il propose PUR. La science à l'état pur !, une exposition sans fioritures, qui se concentre sur quelques mécanismes de base de la physique.

Les talents picturaux du roi Philippe

Mais sans conteste, le "clou" de la visite est le dévoilement d'un talent peu connu du roi Philippe. Serait-ce l'influence de son arrière-grand-mère la reine Elisabeth, toujours est-il que le Roi cultive le plaisir de peindre…

Et il nous l'expose à travers deux tableaux représentant son oncle, le roi Baudouin, auquel il a aussi rendu, et pour cause, un hommage appuyé dans son discours de la Fête nationale. Sans hésiter, si son portrait inspiré d'une photo officielle du roi Baudouin passe bien la rampe, l'auteur de ces lignes préfère de loin son oncle-roi au repos forestier, plus du marcheur que du chasseur si on ose ainsi dire…

© BELGA

Muni d'une canne de marche dans un décor forestier qui nous semble évoquer davantage le domaine d'Opgrimbie dans le Limbourg plutôt que celui de Ciergnon, on y découvre un homme apaisé aux côtés de son chien que d'aucuns ont identifié comme répondant au vocable de Toby. Qu'à cela ne tienne, le roi Philippe montre là un talent certain pour la peinture et, comme c'est une heureuse habitude chez lui, il entend nous la faire partager. Dans tous les sens du terme : "plus est en vous" semble-t-il nous dire là. Car il entend par là moins mettre en valeur son talent que de nous inviter à développer aussi les nôtres. Au fond, les expositions de l'été au Palais font passer la même force tranquille que celle que nous transmet depuis désormais cinq ans l'actuel chef de l'Etat.

© BELGA

A la réception qui a suivi l'inauguration, l'analyse a resurgi plusieurs fois: ils avaient donc bien raison ceux qui à la veille du 21 juillet 2013 osaient avancer que le septième Roi des Belges nous surprendrait positivement parce qu'il avait été bien préparé mais aussi parce qu'il incarne un rare sens du devoir…


Informations pratiques :

- Palais Royal, Place des Palais, 1000 Bruxelles.

- Ouvert du dimanche 22 juillet au dimanche 2 septembre 2018, de 10h30 à 15h45 (dernières entrées).

- Fermé le lundi

- Entrée gratuite

- Des contrôles de sécurité seront effectués à l’entrée. Il est fortement déconseillé de se présenter muni d’un sac (sac à dos, sac de transport, …)