Beau cadeau de Marcourt à Mons

Frédéric Chardon Publié le - Mis à jour le

Exclusif
Belgique

Sur le papier, l’initiative est sympathique : en vue de "Mons 2015" (la cité du Doudou a été désignée capitale européenne de la culture), la ville d’Elio Di Rupo (PS) devait recevoir 3 millions d’euros des mains de Jean-Claude Marcourt (PS), le ministre wallon de l’Economie et des Technologies nouvelles. But : faire de Mons une ville pilote de l’ère numérique en y diffusant largement le wi-fi (l’internet sans fil). Nom de l’opération : "Digital Cities". Concrètement, cette somme devait être versée en plusieurs phases à la Régie communale autonome montoise, responsable du projet.

Mais, voilà, l’Inspection des Finances (IF), chargée de contrôler les dépenses publiques en amont, a refusé tout net la note soumise par le ministre. On peut même dire que l’avis de l’IF, rendu le 11 juillet dernier, est incendiaire. " L’avis est demandé à l’IF la veille du gouvernement : rien ne justifie une telle précipitation. Il est demandé à la Région de financer ce que font déjà les opérateurs privés de téléphonie (cf Proximus Mobile, etc.) . Comment justifier un tel financement public de ce qu’assure déjà le secteur privé ?", interroge l’Inspection des Finances.

Autre remarque du corps d’élite en charge de la bonne gestion des deniers publics : payer 3 millions pour le wi-fi montois viderait tout simplement les caisses wallonnes. " Les 3 millions demandés consomment plus du tiers des 8 millions prévus pour Creative Wallonia ." Pour rappel, Creative Wallonia est un programme créé par le même Jean-Claude Marcourt en vue de stimuler l’innovation et la création en général dans le but de booster l’économie du sud du pays.

Dans la note du ministre Marcourt, on peut lire également que Liège, dans un second temps, devrait également bénéficier des largesses de la Région wallonne : " La volonté est de développer ce projet dans le cadre de Liège 2017 (Liège est candidate à l’organisation de l’exposition internationale de 2017, NdlR) et, ensuite, dans d’autres villes et communes wallonnes." Et, ici également, l’IF fronce les sourcils " Si l’expérience pilote doit être étendue aux autres communes wallonnes, l’opération s’avérera infinançable ", tranche l’IF.

Encore quelques reproches. " Les objectifs stratégiques évoqués pour l’opération relèvent essentiellement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (culture) ou du ministre des Pouvoirs locaux et du Tourisme (le socialiste Paul Furlan, NdlR). L’intervention de ce dernier est évoquée, mais celui-ci a-t-il marqué son accord et dispose-t-il des crédits nécessaires (un tableau transmis à l’IF reprend un montant de 2 millions à sa charge, en plus des 3 millions demandés) ? " Bref, le verdict de l’IF est clair : " Avis négatif ."

A l’égard de ces 2 millions complémentaires, une demande de cofinancement a été introduite auprès de Paul Furlan pour créer des parcours multimédia, gérer des plateformes de services (réservation, ticketing, mobilité ), précise la note de Jean-Claude Marcourt.

Au cabinet Marcourt, on maintient le cap, Inspection des Finances ou pas. " Nous avons sollicité un nouvel avis auprès de l’IF après quelques explications complémentaires, confie à "La Libre" la porte-parole du ministre. Mais le point sera bien soumis au gouvernement de ce jeudi. La note initiale n’a pas été changée. Par ailleurs, l’avis de l’IF n’est pas contraignant. "

Publicité clickBoxBanner