Belgique

Jean-Louis Denis et Mickaël Devredt, inculpés pour terrorisme, ont été remis en liberté sous conditions par la chambre du conseil de Bruxelles, vendredi. Mohamed Khemir, inculpé dans le même dossier, reste détenu. Le parquet fédéral a immédiatement interjeté appel de cette décision. La chambre du conseil de Bruxelles a ordonné la remise en liberté sous conditions de Jean-Louis Denis, dit "le soumis", défendu par Me Henri Laquay et Me Sébastien Courtoy, ainsi que celle de Mickaël Devredt, surnommé "Abourayan".

Le parquet fédéral a immédiatement interjeté appel de cette décision. L'affaire sera donc examinée dans quinze jours par la chambre des mises en accusation.

La chambre du conseil a, par contre, décidé le maintien en détention du troisième inculpé, Mohamed Khemir.

Cette instance judiciaire avait déjà ordonné la remise en liberté sous conditions de Jean-Louis Denis et de Mickaël Devredt il y a un mois et demi. Le parquet fédéral avait également fait appel, puis la chambre des mises en accusation avait réformé cette ordonnance mi-août dernier.

Jean-Louis Denis, Mickaël Devredt et Mohamed Khemir sont suspectés d'avoir participé à des activités terroristes. Plus précisément, ils sont soupçonnés d'avoir incité de jeunes musulmans belges à aller rejoindre le djihad armé en Syrie.

Jean-Louis Denis est notamment suspecté d'avoir convaincu deux adolescents, élèves de l'Athénée Fernand Blum à Schaerbeek, de partir combattre en Syrie, en avril 2013.