Belgique

Georges-Louis Bouchez (MR) est le rival attitré du bourgmestre de Mons, Elio Di Rupo (aussi président du PS). Dans l’opposition au conseil communal, il connaît cependant bien les dossiers du collège car il était échevin jusqu’au renversement d’alliance en avril 2016, le CDH ayant remplacé le MR aux côtés du PS. 

Parmi ses anciennes compétences scabinales figurait l’informatique communale. Raison pour laquelle les récentes révélations sur les rémunérations généreuses des dirigeants de l’ASBL informatique de la Ville de Bruxelles - le Gial - l’ont interpellé.

On sait désormais que le Gial gère bien plus que l’informatique bruxelloise et preste aussi des services un peu partout. 

Les autorités montoises, entre autres, sont passées par l’ASBL comme centrale d’achat pour leur matériel informatique. Georges-Louis Bouchez estime aujourd’hui que la Cité du Doudou a été lésée par le Gial et a déposé une motion au conseil communal pour que la possibilité d’une action en justice soit examinée.

Des poursuites au civil

"Mons achète la quasi-intégralité de son matériel auprès de cette centrale d’achat", détaille l’élu MR dans sa motion. Or, "la presse a révélé des salaires prohibitifs et des statuts interpellants en faveur des responsables de cette structure. […] L’existence de telles pratiques salariales remet en cause l’idée selon laquelle Gial travaillait aux meilleures conditions. De telles pratiques peuvent donner lieu à un dommage pour la Ville de Mons qui devrait être réparé sur le plan civil, voire à des actes de tromperie, poursuivis pénalement." La motion sera prise en considération ce lundi et débattue le 20 mars.