Belgique

Le prévenu Abdellah F. a affirmé, mercredi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, n'avoir aucune idée de ce que des cagoules et des gilets pare-balles faisaient chez lui, à Machelen. 

Cet homme figure parmi les prévenus dans le procès du braquage à Brussels Airport. Le 18 février 2013, des fourgons de la société Brink's et un avion de la compagnie Swiss avaient été braqués à Brussels Airport par huit individus armés et masqués. Ceux-ci s'étaient emparés de diamants pour une valeur totale d'un peu plus de 37 millions d'euros. "J'étais le premier étonné! Ces objets n'ont jamais été chez moi", a déclaré au tribunal le prévenu Abdellah F. Lors d'une perquisition au domicile de ce dernier à Machelen, dans le cadre de l'enquête sur le braquage à Brussels Airport, la police avait découvert des cagoules et des gilets pare-balles.

Sur ces objets, l'ADN d'un autre prévenu avait été décelé, celui de Nordin A. Cet homme avait travaillé jusqu'en 2007 à l'aéroport de Bruxelles-National à Zaventem. Egalement, l'ADN du prévenu Saïd B. y avait été retrouvé.

Néanmoins, les enquêteurs n'ont pas pu relier directement ces gilets et cagoules au braquage de Brussels Airport.

Mercredi après-midi, le tribunal a également interrogé Hamza B.Y. Celui-ci avait été vu dans une voiture avec le prévenu Mustapha E.J., la nuit du 5 au 6 février 2013. Le véhicule contenait aussi des cagoules.

Le tribunal a encore interrogé Hamza B.Y. sur ses revenus et sur un achat d'une montre Rolex d'une valeur de 6.000 euros.

"Je travaillais en noir dans le bâtiment. Je gagnais environ 2.000 euros par mois", a-t-il dit. Durant l'instruction, il avait raconté qu'il avait gagné une somme d'environ 6.000 euros en allant conduire un véhicule BMW en Espagne pour le compte d'un tiers.

Comme d'autres prévenus, Hamza B.Y. a aussi été interrogé sur le fait que son GSM était éteint au moment des faits.

Le 18 février 2013, un impressionnant braquage avait été commis à Brussels Airport par huit individus armés et masqués. Ils avaient pénétré dans l'aéroport et s'étaient approchés d'un avion de la compagnie aérienne Swiss qui transportait un chargement de diamants, collecté par la société Brink's.

Les braqueurs s'étaient emparés de 121 colis contenant des diamants, des lingots d'or et des pierres précieuses d'une valeur de 37,9 millions d'euros puis avaient pris la fuite.

Seize hommes et trois femmes sont prévenus devant le tribunal pour avoir joué un ou plusieurs rôles dans le vol des diamants, l'incendie des véhicules ayant servi aux faits ou encore le recel des diamants.

Le 7 mai 2013, le Français Marc Bertoldi avait été arrêté devant chez sa mère, près de Nancy, au volant d'une Porsche Panamera. Il était en possession d'une somme de 60.000 euros en liquide. L'homme avait ensuite reconnu partiellement les faits.

Il est le principal prévenu dans ce dossier mais il fait défaut. Il est actuellement détenu en France pour un autre dossier.

Le procès se poursuivra jeudi avec les plaidoiries de la partie civile.