Belgique

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a interrogé, mercredi matin, les premiers prévenus dans le dossier du braquage à Brussels Airport, notamment sur une étonnante découverte chez l'un d'entre eux: une peluche Winnie l'ourson contenant une somme de 50.000 euros. Le 18 février 2013, des fourgons de la société Brink's et un avion de la compagnie Swiss avaient été braqués à Brussels Airport par huit hommes armés et masqués qui s'étaient emparés de diamants pour une valeur totale de 37 millions d'euros. La présidente de la 47e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles a interrogé, mercredi matin, les trois premiers prévenus dans l'ordre de citation: El Houssïen B., Tarik B. et Nordine E.H.

Les trois hommes ont été questionnés sur les relations entre eux et avec Marc Bertoldi, le principal suspect du dossier. Détenu en France pour une autre cause, cet homme n'a pu être transféré en Belgique. Son conseil, Me Dimitri de Béco, a ainsi demandé la disjonction du dossier pour son client, mais le tribunal n'y a pas fait droit. L'avocat a alors décidé de ne pas représenter son client, lequel sera donc jugé par défaut.

"La somme retrouvée représentait mon capital. J'avais vendu mes biens car je devais être incarcéré à la suite d'une condamnation à 4 ans de prison", a expliqué Nordine E.H., interrogé à propos de la découverte d'une somme de 50.000 euros en billets de 500 euros dans une peluche Winnie l'ourson.

Par ailleurs, les empreintes du prévenu Tarik B. avaient été retrouvées sur le sac plastique qui enveloppait l'argent.

"J'avais acheté cette peluche à Disneyland pour le fils de ma femme", a admis Tarik B. Il a cependant dit ne rien savoir sur l'argent qui s'y trouvait.

Tarik B. a encore été interrogé sur une note de restaurant de plusieurs centaines d'euros qu'il avait réglée le 28 mars 2013. "Vous percevez 800 euros du chômage, vous revendez de temps en temps des lots de casseroles, et vous décidez de payer le restautant à plusieurs personnes", a dit la juge, s'adressant au prévenu.

Ce dernier s'est montré nerveux. Il a tout d'abord contesté, accusant les enquêteurs d'avoir poussé les témoins à mentir, avant de dire qu'il avait effectivement payé cette note de restaurant.

La présidente du tribunal a également relevé que Tarik B., El Houssiën B. et Marc Bertoldi étaient allés ensemble au Maroc entre le 14 et le 22 mars 2013, soit quelques semaines après le braquage.

Tarik B. a déclaré qu'il avait accompagné El Houssïen B. au Maroc pour se changer les idées et que c'est sur place qu'il avait rencontré pour la première fois Marc Bertoldi.

Quant à Houssïen B., il a déclaré qu'il s'était rendu au Maroc pour affaires et qu'il avait profité de l'hospitalité de Marc Bertoldi.

Les deux hommes ont soutenu qu'ils ne connaissaient que vaguement Marc Bertoldi. Ils nient être impliqué avec lui dans le braquage de Brussels Airport.

Le 18 février 2013, un impressionnant braquage avait été commis à Brussels Airport par huit hommes armés et masqués. Ils avaient pénétré dans l'aéroport et s'étaient approchés d'un avion de la compagnie aérienne Swiss qui transportait un chargement de diamants, collecté par la société Brink's.

Les braqueurs s'étaient emparés de 121 colis contenant des diamants d'une valeur de 37 millions d'euros et s'étaient enfuis.

Seize hommes et trois femmes sont prévenus devant le tribunal pour avoir joué un ou plusieurs rôles dans le vol des diamants, le blanchiment de l'argent retiré du délit et l'incendie des véhicules qui ont servi au braquage.