Brèves

Al.D. Publié le - Mis à jour le

Belgique

Enseignement supérieur

Réforme : Marcourt brûle le "non-paper" relatif à son projet

Ce mercredi, en séance plénière du parlement de la Communauté française, le ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS) était attendu au tournant. A l’ordre du jour : le projet de réforme du paysage de l’enseignement supérieur. Un dossier sensible, presque polémique, qui tarde à avancer.

Les députés des différents groupes parlementaires ont ainsi interpellé le ministre sur la récente note parue dans le journal "Le Soir". Ce "non-paper" détaillait le projet d’une structure faîtière chapeautant cinq pôles géographiques centrés sur l’ULB, l’UCL, l’ULg, l’UMons et l’Université de Namur (ex FUNDP). Il transférait également les masters dans le giron exclusif des universités (avec possibilité de co-diplomation). "C’est un document de travail interne au cabinet, que je n’ai pas validé, une ébauche d’ailleurs déjà dépassée", a affirmé M. Marcourt, disant vouloir "couper les ailes à un canard".

Il a précisé que sa volonté de privilégier une structure unique (Académie de recherche et d’enseignement supérieur, ARES) serait à organiser "sous l’impulsion des établissements", en intégrant le Conseil interuniversitaire francophone (CIUF), le Conseil général des Hautes écoles et le Conseil supérieur de l’enseignement supérieur artistique.

Alors que le projet avait été annoncé pour la fin novembre, le ministre a déclaré viser désormais "le tout début 2013". Selon lui, la volonté de retrouver l’apaisement après les tensions interuniversitaires de la dernière rentrée académique justifie de ne pas accélérer la réforme... Affaire à suivre donc.

Publicité clickBoxBanner