Belgique Trois cas ont été mis au jour. Après Brutélé et l’ICDI, voici l’ISOSL.

Le monde politique n’avait certainement pas besoin de cela. Pourtant, les révélations récentes sur les erreurs de rémunérations au niveau de jetons de présence dans certaines intercommunales commencent à se multiplier. Jetant, une nouvelle fois, la suspicion sur le monde politique.

Plusieurs de nos confrères ont ainsi révélé cette semaine que chez Brutélé, deux administrateurs PS (des conseillers communaux carolos), dont la secrétaire du ministre-Président wallon Paul Magnette (PS), avaient perçu 17.000 euros de trop sur trois ans.

45 000 euros sur trois ans

C’est ensuite à l’ICDI (intercommunale de gestion des déchets dans la région de Charleroi) qu’une situation similaire a été mise au jour. Et ici, c’est l’ensemble des 25 administrateurs qui ont reçu des jetons de présence trop élevés. On parle d’un montant total atteignant les 45 000 euros.

Et voici que, vendredi matin, on apprenait qu’à l’ISOSL (intercommunale de soins en région liégeoise), une erreur d’encodage datant de 2007, a permis à une trentaine d’administrateurs de bénéficier de jetons de présence plus généreux que prévu.