Belgique

De ce mardi à vendredi, Bruxelles accueillera en ses murs 29 chefs d'Etat et de gouvernement, dont Donald Trump. Policiers et militaires sont sur les dents. Les riverains et navetteurs devront s'armer de patience. 

Voici plusieurs mois que le centre de crise prépare avec tous les services concernés le sommet de l’Otan qui se tiendra ces mercredi et jeudi à Bruxelles. D’importantes mesures de sécurité seront prises, qui affecteront la mobilité dans Bruxelles.

La présence de 55 délégations et de 29 chefs d’Etat ou de gouvernement, parmi lesquels le président américain Donald Trump, justifie ce déploiement sécuritaire important, puisque 2 400 policiers et un millier de militaires seront sur le pont. Ils le seront même dès ce mardi, car plusieurs délégations, dont celle de M. Trump, arriveront à Bruxelles dans les heures qui viennent.

Pour Ilse Van De Keere, la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles, ce sommet constitue la plus grosse opération de police depuis des années.

Il se déploiera autour de plusieurs lieux différents de la capitale. Il concernera évidemment le nouveau siège de l’Otan, à Haren, où se tiendront les réunions officielles. Mais on verra aussi du monde autour de l’ambassade des Etats-Unis, du Palais royal, du palais d’Egmont, de "The Hotel" et des institutions européennes. Enfin, un dîner de gala aura lieu le 11 juillet au Cinquantenaire, plus précisément dans le musée d’Art et d’Histoire actuellement fermé pour cause de travaux.


1. Plusieurs périmètres de sécurité

Tout cela explique pourquoi des mesures de sécurité préventives seront prises aux alentours de tous ces sites.

Des périmètres de sécurité seront mis en place de ce mardi 10 juillet au vendredi 13 juillet devant le site de l’ambassade des Etats-Unis, autour du Palais royal, dans le quartier des institutions européennes (le périmètre classique Schuman pourrait être temporairement fermé), autour de The Hotel (où Donald Trump est descendu), et ce entre la rue de Namur et la rue du Grand Cerf, autour du site du Palais d’Egmont et autour du site de l’Otan, avenue Léopold III.

Le 11 juillet, un périmètre de sécurité sera installé autour du parc du Cinquantenaire et concernera l’avenue de la Joyeuse Entrée, l’avenue de la Renaissance, l’avenue des Nerviens, l’avenue des Gaulois et l’avenue de l’Yser.

Il faudra montrer patte blanche pour pénétrer dans ces périmètres. Le stationnement sera interdit en surface pour tous les types de véhicules. Aucune livraison et aucune collecte de poubelles ne pourra avoir lieu. Les sacs-poubelle ne pourront pas être déposés sur les trottoirs.

La circulation sera interdite dans les périmètres de sécurité plusieurs dizaines de minutes avant l’arrivée et après le départ des délégations. Il y aura des fermetures temporaires de la circulation à la fin de la E19, du Ring O, de la E40 entre le Ring O et le complexe Reyers, de la rue de la Loi, de la rue Belliard, du boulevard de Waterloo, de l’avenue de la Toison d’Or et de la petite ceinture en surface.

La Stib et De Lijn dévieront plusieurs lignes de bus voire même de trams, si besoin est. Certaines entrées de stations de métro resteront également fermées mais la circulation des métros sera normale et aucune fermeture de station n’est prévue. Pour plus d’informations consultez le site www.polbru.be et les sites des sociétés de transports en commun.

© IPM


2. Le Centre de crise sera opérationnel

Si la police locale bruxelloise contrôlera les rues de la capitale et assurera la mobilité sur le terrain, les autres parties concernées (Otan, gouvernement, police fédérale, Défense, Sûreté de l’Etat…) opéreront depuis le centre de crise de la rue Ducale.


3. Niveau de menace inchangé

L’état de la menace restera fixé au niveau 2 sur une échelle de quatre. L’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) a évalué les risques ces dernières semaines et rien n’indiquait qu’il faillle adapter le niveau de la menace.


4. Une manifestation est prévue mercredi

Une manifestation est prévue mercredi, en marge du dîner des chefs d’Etat et de gouvernement. L’organisation "Agir pour la Paix" invite les militants à se rassembler à 19 heures, place Schuman, en dehors de la zone de sécurité. Les forces de l’ordre craignent que ce rassemblement attire des manifestants anarchistes.


5. Grève du rail, match des Diables, fête flamande

Heureusement que les Diables Rouges affrontent la France ce mardi et non mercredi (jour de la deuxième demi-finale de la Coupe du monde). Cela mettra un tout petit peu moins de pression sur la police de Bruxelles. Ilse Van de Keere explique que les policiers avaient anticipé une longue campagne des Belges en Russie et que de nombreux membres du personnel ont accepté de ne pas prendre de vacances en juillet.

Quoi qu’il en soit, il faudra aussi "faire avec" la fête de la Région flamande (le 11) et un mouvement de grève sur le rail prévu ces mardi et mercredi à l’initiative du Syndicat indépendant pour cheminots (SIC).