Bruxelles, un paquet d’élastiques

C.Le Publié le - Mis à jour le

Belgique

Philippe Van Parijs, le philosophe de l’UCL, apparaît plus que jamais comme le "go-between" incontournable entre les penseurs francophones et néerlandophones sur l’avenir de ce pays. Aussi dans "Good Morning Belgium" comme il l’avait fait la semaine dernière à La Haye au symposium de l’Algemeen-Nederlands Verbond, il se dit convaincu que "la Belgique sera toujours là à cause de Bruxelles car il est inimaginable que la Flandre et la Wallonie se séparent sans l’emmener dans leur sillage. Bruxelles, c’est un gros paquet d’élastiques qui tient la Belgique ensemble". Pour le professeur néolouvaniste, "il est tout à fait inimaginable aussi qu’on en revienne à l’idée de faire de Bruxelles un condominium flamando-wallon. Cette ancienne idée de la N-VA n’a vraiment plus aucun sens aujourd’hui". A l’instar d’autres voix politiques qui vont dans ce sens, Van Parijs envisage une Belgique à quatre régions - dont la région de langue germanophone - mais ces dernières ne seraient pas des copies conformes de ce qui existe. Son arme pas si secrète pour contrer la N-VA à Bruxelles ? "La plus efficace c’est de parler le néerlandais "

Publicité clickBoxBanner