Belgique Le Musée juif de Belgique rouvre ses portes avec une nouvelle exposition.

Après deux années de grandes rénovations, le Musée juif de Belgique s’apprête à rouvrir ses portes au public, le 13 octobre.

A cette occasion, une nouvelle exposition sera présentée au public. Intitulée "Bruxelles : terre d’accueil ?", elle retrace deux siècles d’immigration dans la capitale.

Le choix d’un tel thème est symbolique. Après le terrible attentat qui a touché le Musée en 2014, les commissaires de l’exposition ont fait le choix "d’une exposition d’ouverture, pour la réouverture du musée".

Un tracé historique

Sur quatre étages, l’exposition présente des documents historiques comme des archives de la police des étrangers prêtées par l’Etat, partenaire de l’exposition qui en conserve plus de deux millions accumulées depuis 1839.

Au fil des salles, le visiteur peut y découvrir des portraits d’immigrés, arrivés à Bruxelles de 1839 à nos jours. On y présente leurs objets personnels, la décision qui les a poussés à quitter leur pays, leur histoire et comment était perçue leur venue en Belgique à l’époque.

Résultat de ces nombreuses arrivées au fil des siècles, Bruxelles compte désormais 184 nationalités diverses.

Outre le volet historique, "Bruxelles : terre d’accueil ?" expose le travail d’artistes émergents, tous basés à Bruxelles. Des photographes et photojournalistes, des "streetartistes", des sculpteurs et des vidéastes ont investi les salles du Musée juif de Belgique pour donner leur version de ce que représentent pour eux aujourd’hui les migrations.

Le contemporain y trouve sa place

Dans une salle obscure, quatre petits films projetés les uns à la suite des autres, regroupent les témoignages de seize personnes de tous horizons venues en Belgique pour des raisons diverses. Ces immigrés y parlent de leur intégration en Belgique et de la difficulté à ne pas perdre son identité et à se "désintégrer".

Un des principaux objectifs de l’exposition était de la rendre accessible à tous. C’est pourquoi des performances artistiques participatives, des conférences et des ateliers ponctueront les quelques mois que durera l’exposition.

Celle-ci veut prendre le relais du musée de l’immigration, un projet prévu à Bruxelles depuis 2001 mais qui n’a finalement jamais vu le jour.

La non-existence d’un tel musée en Belgique a rendu la collecte de certains documents exposés d’autant plus périlleuse pour les commissaires. C’est notamment le cas de plusieurs dizaines de photographies prêtées par des migrants et exposées dans une cage d’escalier. Il s’agit d’une photo emportée avec eux lors de leur voyage et qui leur rappelle leur pays d’origine. Les œuvres contemporaines exposées sont mises en vente.

"Bruxelles : terre d’accueil ?" au Musée juif de Belgique du 13 octobre 2017 au 18 mars 2018. Prix d’entrée 10 € (7€ tarif réduit).