Belgique

Les migrants souhaitant demander l’hospitalité à la Belgique devront donc payer une redevance. La concrétisation de ce projet déjà d’application chez nos voisins, inscrit dans la loi-programme et souhaité par Theo Francken (secrétaire d’Etat N-VA à l’Asile et à la Migration) n’est pas une surprise.

Ce qui était plus attendu était à la fois l’importance de cette redevance et le profil des migrants qui y échapperaient. Theo Francken et le Conseil des ministres ont éclairci ces points d’interrogation ce vendredi.

Les mineurs exempts

Ainsi, on apprend qu’il sera demandé 160 euros par personne pour une demande de regroupement familial et pour une demande de séjour étudiant. Le prix sera plus élevé (215 euros) pour les travailleurs migrants et les régularisations. Pour la catégorie des résidents de longue durée, le montant sera de 60 euros.

Les mineurs, les candidats réfugiés et les étrangers qui demandent une régularisation pour des raisons médicales urgentes seront exempts de cette redevance, précise Theo Francken.

Neuf millions d’euros

Cette redevance est une "compensation équitable pour les coûts administratifs résultant du traitement des dossiers", se justifie le secrétaire d’Etat. Elle créera "des revenus pour mes services permettant de réaliser une politique de migration correcte et efficace".

"Correcte" et "efficace". Ces deux mots reviennent sans cesse dans la bouche de Theo Francken pour justifier ses choix politiques à la fois très vigilants envers les plus vulnérables, et très sévères envers les illégaux. C’est dans ce cadre aussi qu’il a souhaité préciser que cette redevance devrait permettre de récolter neuf millions d’euros qui seront directement versés au département asile et migration.