Belgique

Pagaille à la prison de Saint-Gilles dont les gardiens sont en grève depuis jeudi soir, grève qui devrait durer jusqu’à mardi 6 heures.

Pour rappel, les gardiens observent une grève à raison de deux jours par semaine (le lundi et le vendredi) depuis le début du mois de juillet, afin de protester contre une surpopulation carcérale augmentée par le fait que, depuis plusieurs semaines, des détenus destinés à la prison de Forest (complètement délabrée) sont dirigés vers Saint-Gilles. La prison dispose de 604 cellules pouvant accueillir 740 détenus. Or, plus de 800 prisonniers y séjournent actuellement.

Jeudi soir, à l’issue d’une assemblée générale musclée, les gardiens ont haussé le ton et décidé de débrayer pour plusieurs jours. Motif de ce durcissement : l’absence de négociation avec la direction de l’administration pénitentiaire.

Si des policiers ont "doublé" les gardiens en grève dans la nuit de jeudi à vendredi, personne n’est venu en renfort vendredi à 6 heures. Ce qui a décuplé l’ire des gardiens.

D’après un délégué syndical CGSP, plus de 90 % d’entre eux ont décidé de se mettre en grève vendredi matin et seuls trois gardiens étaient à leur poste vendredi après-midi.

Finalement, une quinzaine de policiers de la zone Midi sont arrivés en renfort vers 13 heures, a précisé la porte-parole de la zone, Marie Verbeke. Vendredi soir, la police fédérale a pris le relais de la police bruxelloise.

Entre-temps, une rébellion, lors d’un transfert de détenu, vendredi matin, a mis le feu aux poudres. Résultat des courses : la direction de la prison de Saint-Gilles a évacué, vendredi midi, l’ensemble du personnel administratif, lequel estimait que sa sécurité ne pouvait plus être assurée, a indiqué un délégué syndical CGSP.

Le porte-parole de la direction des établissements pénitentiaires, Laurent Sempot, a indiqué qu’une réunion avec les agents aura lieu lundi. Permettra-t-elle de débloquer la situation ? Si ce n’était pas le cas, la grève pourrait se prolonger au-delà de mardi.

Seul point positif : la météo. Les fortes chaleurs de ces derniers jours ont un peu plus plombé l’ambiance. Le thermomètre retombera ces prochaines heures. Mais pas nécessairement sur le plan social.

J.-C. M. (avec Belga)