Belgique Le ministre Kris Peeters veut un consensus avec les Régions sur les prépensions à 56 ans.

Le préaccord social conclu lundi entre la direction et les syndicats de Carrefour a été officiellement signé vendredi.

Il fait baisser le nombre d’emplois supprimés à 950 au lieu de 1 233 et tous les départs se feront sur une base volontaire. Dès lundi, des séances d’information se tiendront dans les magasins et au siège de Carrefour, afin de dénombrer le nombre de travailleurs candidats à une sortie de l’entreprise.

Le texte tient compte de départs en RCC (prépension) dès 56 ans. Mais le gouvernement n’a toujours pas donné son accord. Les syndicats appellent, plus ou moins fermement, le monde politique à se décider pour que le plan social puisse être mis en œuvre.

Pendant le point presse organisé vendredi après un comité ministériel restreint, une question a été posée sur l’affaire des RCC chez Carrefour.

La non-réponse du Premier ministre Charles Michel en dit sans doute long sur le malaise qui règne au sein du gouvernement. "J’appelle à ce que chacun, avec sérénité, autour de la table, expose son interprétation juridique et pas au travers de déclarations dans la presse."

Trouver un consensus

Kris Peeters, le ministre fédéral de l’Emploi (CD&V), veut rencontrer ses trois homologues régionaux. Il espère obtenir un avis des Régions sur le RCC à 56 ans, reposant sur un consensus. Mais le ministre flamand Philippe Muyters (N-VA) s’oppose à cette mesure - au contraire du Bruxellois Didier Gosuin (Défi) et du Wallon Pierre-Yves Jeholet (MR).

Et s’il n’y a pas de consensus ? "Ce serait très particulier qu’en Wallonie et à Bruxelles, on active les personnes et pas en Flandre alors qu’il y a tellement d’offres d’emploi qui restent sans réponse", a dit Kris Peeters vendredi.