Belgique Une bonne partie de la planète s’intéresse à Laurent Simons, sorti du secondaire à… 8 ans.

N’en déplaise à tous les Flamands plus ou moins connus qui, déjà ou presque "Bekende Vlamingen", aspirent à une reconnaissance internationale : ils sont tous battus à plate couture par un petit bonhomme de huit ans originaire d’Ostende mais qui vit aujourd’hui à Amsterdam avec ses parents. De la BBC à CBS en passant par France Info et ABC et du Point à Het Parool, nombre de médias n’ont d’yeux depuis quelques jours que pour Laurent Simons.

Il est vrai qu’il est effectivement hors catégorie : à l’heure où nombre d’enfants de son âge entrent généralement en troisième année primaire, ses fiers géniteurs - tous les deux actifs comme dentistes - ont tenu à faire savoir qu’il vient de décrocher son diplôme de fin d’études secondaires à l’Institut Saint-Joseph situé au cœur de Bruges.

Il y a à peine deux ans, Alexander et Lydia Simons - un couple belgo-néerlandais - avaient annoncé que leur fils avait déjà terminé son cycle primaire.

Un QI supérieur à la moyenne

A enfant exceptionnel, caractéristiques hors normes elles aussi : Laurent Simons fait partie du cercle restreint de ceux qu’on appelle surdoués, intellectuellement précoces ou encore à haut potentiel (intellectuel). Entendez des personnes dont le quotient intellectuel est d’au moins 130.

Chez nous en Belgique, on estime que 2,5 % de la population s’inscrit dans cette catégorie. Laurent Simons les devance encore puisqu’on évalue son QI à 145.

Désormais diplômé du secondaire sur la base d’un enseignement forcément personnalisé, le jeune lauréat avoue à vrai dire ne pas encore savoir dans quelle direction il poursuivra sa formation.

Ingénieur et plus astronaute ou chirurgien

En entamant ses études secondaires, il disait encore hésiter entre les métiers d’astronaute et de chirurgien; voici qu’il vient d’opter pour une troisième voie puisqu’il se verrait bien ingénieur…

Le petit génie avait été accompagné déjà très jeune dans son développement intellectuel par ses parents puis remarqué par ses enseignants.

A l’âge de 6 ans, il avait déjà dévoré toute la saga d’Harry Potter et possédait une maîtrise certaine des langues, notamment du français et de l’allemand du niveau d’un jeune de troisième secondaire.

Où poursuivra-t-il son cycle d’études ? A la presse flamande, il a confié qu’il n’avait pas encore vraiment choisi d’orientation, bien décidé à profiter pleinement de ses deux mois de vacances avec, comme temps forts, une visite aux montagnes russes de Disney et une grande attention pour la… phase finale de la Coupe du monde de football !

Il ne fait pas de doute que moult universités aimeraient accueillir Laurent Simons dans leurs amphis… L’année dernière déjà, il avait été invité par la prestigieuse université d’Oxford à participer à un congrès sur la médecine.Christian Laporte