Belgique

Lorsqu’on entend "chamane", rapidement les images d’un sorcier sioux apparaissent et les clichés habituels suivent inévitablement.

C’est peut-être parce que le discours qu’il tient et les cérémonies qu’il pratique pourraient lui apporter rire et mépris chez ceux qui ne souhaiteraient pas le comprendre, que le "chamane" rencontré par "La Libre" préfère conserver son anonymat.

Nous l’appellerons donc Gaston. Gaston a 40 ans, il vit en province de Namur, à la campagne, dans une maison, avec une femme, deux enfants, un chien, un potager et des arbres fruitiers. La seule chose qui pourrait vous interpeller lorsque vous arrivez chez lui est la présence de ce qui ressemble à la structure d’une hutte.

(...)