Belgique Voici notre "poisson" de ce 1er avril 2018 ! 

Vendredi soir, par voie de communiqué, Pierre Cornez, porte-parole de l’Union belge, annonçait le dénouement d’une saga de plusieurs mois : "A quelques semaines de la Coupe du monde, nos Diables ne pouvaient partir en Russie sans une chanson pour les accompagner. A l’unanimité, les joueurs ont décidé d’interpréter eux-mêmes le chant officiel que reprendront les supporters tout au long de la campagne. Des professionnels du secteur musical les y aideront. La majorité du staff a manifesté son envie de participer aux enregistrements."

Après quelques jours de silence - certes relatif - autour de l’affaire, le Damso/DiablesRougesGate connaît son ultime chapitre. Pour rappel, il y a un an, le rappeur bruxellois d’origine congolaise Damso était chargé par les hautes instances du football belge de composer et d’interpréter le futur hymne officiel de notre équipe nationale durant la Coupe du monde, 21e du nom, organisée en Russie cet été. Un choix alors motivé par les joueurs eux-mêmes, quasiment tous fans de rap et particulièrement des rimes de William Kalubi alias Damso, plébiscité à l’unisson dans les vestiaires.

Très vite, la réputation sulfureuse du rappeur de 25 ans et la violence de ses textes allaient rattraper l’Union belge, et en faire la cible de boulets rouges émanant autant de la population que de l’associatif, de féministes ou de sponsors. Le 9 mars dernier, la décision tombe : Damso est évincé. Problème, si la Belgique n’utilisera pas son flow pour voguer jusqu’à la victoire, la commande a bel et bien été honorée. De ce fait, que l’hymne ait été utilisé ou non, Damso a très logiquement été rémunéré comme le contrat le stipulait. Par conséquent, plus de budget chanson et plus d’hymne officiel pour la bannière noire-jaune-rouge…

Clip dévoilé au stade Roi Baudouin

Plusieurs artistes, par l’odeur du poste vacant alléchés, étaient alors sortis du bois pour manifester leur intérêt ou leur envie de relever le défi. On crut un instant à un putsch orchestré par la famille Van Laeken, avec Marka en chef d’orchestre et sa descendance prodigue Roméo Elvis et Angèle en choristes. Rien de concret cependant. Cette fois en revanche, l’hymne officiel 2018 des Diables Rouges est à nouveau une réalité.

Contactés par téléphone, plusieurs joueurs nous ont expliqué leurs motivations. "Partir en Russie sans hymne, ça aurait été triste…" regrettait le capitaine Eden Hazard. "Pour les gosses, pour les fans. Comme une défaite avant d’arriver. Et puis, on dit toujours qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, non ?" Le gardien des cages belges, Thibaut Courtois, aura, lui, rarement aussi bien porté son nom : "Je ne connaissais pas Damso, c’est Christian (Benteke) qui m’a fait découvrir et j’ai adoré. Je ne comprends pas très bien ses textes, c’est vrai, mais c’est juste de la musique. Pas besoin de s’énerver avec ça je crois…" Kevin De Bruyne nous a, lui, révélé le morceau que rapperont nos Diables : "On est plein à aimer Damso dans l’équipe, et ça nous a mis mal par rapport à lui qu’il se fasse jeter comme ça. On s’est dit, on s’en bat les c…, on va chanter nous-mêmes ! Pas du Damso, mais un titre de Booba, dont les paroles marchaient bien pour un hymne de foot…"

Ce titre, c’est "Boulbi", dont le texte a été pour la peine réécrit : "Sapristi, quand on rentre sur la PELOUUUSE/On est venu JOUER, claquer des BUUUTS/Pas d’embrouille REF’, pas de litiiige/Sinon ça va TACKLER, est-ce que tu piiiges ?" Avec ça, il n’y aura que des numéros 10 dans notre team… La présentation officielle du clip de l’hymne aura lieu lors de la mi-temps de Belgique-Portugal, le 2 juin au Stade Roi Baudouin, avec la participation exceptionnelle de Shakira, qui interprétait déjà l’hymne officiel de la Coupe du monde 2014 et dont on connaît les atomes crochus avec le ballon rond.

© TWITTER