Belgique La prochaine majorité de Charleroi sera dirigée par une tripartite formée du PS, du MR et du cdH : c'est ce qu'ont annoncé en commun, lundi, les principaux responsables de ces trois partis au lendemain d'élections qui ont marqué un recul important, mais moins lourd que prévu, du PS dans la métropole wallonne.

Le PS y a en effet remporté 23 sièges (contre 30 en 2000), le MR enlevant 14 sièges (au lieu de huit) et le cdH décrochant six élus, alors qu'il en avait eu quatre il y a six ans. Ecolo aura quatre élus et les deux listes d'extrême droite ont ensemble quatre élus. Pour Jean-Claude Van Cauwenberghe, président de l'Union socialiste communale de Charleroi, le résultat du PS est "satisfaisant et le PS a opposé une belle résistance", en obtenant 45% des voix.

Il a expliqué que dans ces conditions, et en ayant perdu la majorité absolue, le parti aurait pu se contenter d'une majorité étroite, avec Ecolo ou avec le seul cdH. Le PS, a-t-il a dit, a préféré une solution qui soit celle d'une d'un "Charleroi uni autour d'une tripartite d'union régionale" rassemblant les deux partis gagnants autour du PS. Pour le président de l'USC, il fallait créer une coalition "large, forte et puissante qui permette de donner à Charleroi le rebond nécessaire".

Dans ces conditions, l'alliance s'est portée vers ces trois partis traditionnels. Le Collège communal comprendra donc, bourgmestre inclus, huit socialistes, deux MR et un cdH. Une nouveauté a été prévue: les onze sections du Conseil communal seront présidées, non plus par un échevin, mais par un Conseiller communal, à raison de six pour le PS, trois pour le MR et deux pour le cdH.

Le Bureau du CPAS comprendra trois PS, un MR et un cdH, la présidence du CPAS allant au PS et la vice-présidence au MR. Il a également été décidé que Jacques Van Gompel, bourgmestre sortant, et remis en place pour six ans, présidera l'intercommunale Igretec. La présidence de l'ISPPC (Intercommunale de Santé Publique de Charleroi) ira à un MR à désigner. Le cdH héritera d'une intercommunale dédiée à l'énergie. Au sein du collège échevinal, le MR occupera le premier échevinat, qui ira à Olivier Chastel, avec pour attributions les Affaires économiques, l'emploi, les régies, et l'économie sociale.

Le MR dirigera aussi, avec Philippe Sonnet, l'échevinat de la Propreté et de l'Environnement. Le cdH héritera des Finances, du Budget et de l'Expansion universitaire: c'est l'actuel député fédéral et Secrétaire politique du cdH, Jean-Jacques Viseur, dernier candidat de la liste communale, qui occupera ce siège scabinal. Jean-Jacques Viseur a d'ores et déjà annoncé sa décision de démissionner de ses fonctions de député fédéral. Sa remplaçante à ce poste sera Véronique Salvi, qui était en tête de liste communale. Devenue députée, elle restera cependant chef de groupe au Conseil communal de Charleroi. Les autres échevinats iront au PS, qui n'a pas encore désigné ses représentants à ces différentes fonctions.

Les participants en "front commun" à cette conférence de presse ont souligné l'importance pour Charleroi de mettre en place cette majorité élargie, qui permettra demain à la ville de disposer de tous les relais possibles, dans tous les niveaux de pouvoir, qu'il s'agisse du Conseil provincial, de la Région ou du gouvernement fédéral afin, ont-ils dit, de constituer un lobbying en faveur de Charleroi et de lui permettre de retrouver sa fonction de première métropole wallonne.

Des congrès des trois partis de cette tripartite se tiendront mercredi soir, pour approuver cet accord.