Belgique

Une semaine après la grève sans préavis qui a paralysé la circulation la circulation des bus en région liégeoise, le calme semble être de retour au Tec Liège-Verviers. Mais l’analyse des statistiques indique que les agents des Tec wallons débrayent de moins en moins. Toutefois, paradoxalement, la proportion des grèves sauvages demeure élevée. " Le climat social s’améliore d’année en année, mais près de 70 % des mouvements sont des grèves sauvages. Et le pourcentage ne diminue pas ", nous a confié un observateur avisé des Tec wallons.

Dans les faits, les grèves et perturbations sur le réseau Tec sont en nette diminution. Ainsi, on dénombre seulement 12 jours d’actions sociales ayant paralysé la circulation des bus en 2010 contre 24 en 2009. L’an dernier, le Tec Charleroi arrive en tête des perturbations avec 5 jours de grève, suivi du Tec Hainaut (4) et du Tec Liège-Verviers (4). Les Tec du Brabant wallon et de Namur-Luxembourg ont relativement bien servi leurs usagers, car ils n’ont été confrontés que respectivement 2 et 1 jour de grève, En 2010, on dénombrait 10 grèves spontanées dont trois mouvements sauvages à Liège-Verviers (localisés à Stembert, Jemeppe, Robermont, Rocourt). Le Tec Charleroi aussi a enregistré le même nombre de grèves sauvages qu’à Liège. Les arrêts de travail spontanés des agents des Tec sont principalement une réponse aux agressions dont sont victimes les chauffeurs de bus. Ceux-ci ont également réagi par des mouvements de grèves non préavisées suite à des licenciements d’un des leurs notamment à Charleroi (grève le 17 mai 2010 suite à un licenciement pour absentéisme) et au Tec Hainaut (grève le 30 juin à La Louvière suite à au licenciement d’un contrôleur).

En 2009, les Tec wallons ont donc été confrontés à 24 jours de grève dont 9 au Tec Hainaut et le même nombre de jours au Tec Liège-Verviers. Le Tec Charleroi a été paralysé par 7 jours de grève. Les Tec Namur-Luxembourg et du Brabant wallon arrivent, cette année-là aussi, en tête des bons élèves de la classe avec chacun un seul jour de grève. Le groupe Tec a enregistré 15 jours de mouvements sociaux spontanés en 2009 dont 7 ont paralysé la circulation des bus du Tec Liège-Verviers. Les problèmes de sécurité (agression de chauffeur, cocktail molotov dans un bus) et des revendications liées à des hausses de salaires étaient les principales raisons à l’origine des grèves sauvages en 2009.

En tenant compte de deux critères (situation financière saine, climat social apaisé), le classement des différentes sociétés d’exploitation met le Tec Brabant wallon en tête des bons élèves, suivi du Tec Namur-Luxembourg, du Tec Hainaut. Les Tec Charleroi et de Liège-Verviers ferment le classement.

Pour cette année 2011, on note déjà 4 jours d’arrêt de travail dont 2 à Liège et 2 à Charleroi. A noter que le groupe a été pénalisé par 4 jours de grève à l’appel de manifestations interprofessionnelles au niveau national ou régional. En 2010, il y a 3 jours d’arrêt de travail pour des raisons externes au groupe Tec (manifestation interprofessionnelle) contre un jour en 2009.