Belgique

Christiane Vienne, qui démissionne jeudi au gouvernement régional, prêtera serment comme sénatrice cooptée.

Cette décision a été prise jeudi matin par le Bureau du PS. Le président du parti socialiste, Elio Di Rupo, a commenté ce choix en parlant de "prudence" alors que s'annoncent une série de remaniements. Le PS a voulu éviter, a-t-il dit, que Mme Vienne reste sur le carreau alors qu'il ne pouvait garantir à terme qu'elle puisse ou non rester comme ministre.

La ministre Vienne a été mise en difficulté par l'opposition au Parlement wallon pour sa gestion de l'affaire Rovillard du nom de l'ex-administrateur général de l'AWIPH et bourgmestre de Fontaine-l'Evêque, inculpé pour faux, usage de faux et abus de biens sociaux.

Le président Di Rupo a fait jeudi les louanges de la ministre sortante au cours d'une conférence de presse qui a suivi le Bureau. "Elle a été une bonne ministre", a-t-il dit ajoutant que "politiquement", Mme Vienne était quelqu'un de "qualité". "J'ai toujours su qu'il y aurait un début et une fin", a pour sa part commenté Christiane Vienne au siège du parti. "Mais les combats continuent dans un contexte politique qui ne sera pas favorable au social", a-t-elle précisé, commentant sa désignation comme sénatrice. Selon elle, ce premier remaniement dont elle fait l'objet ne doit pas être vécu comme un "échec" vu "le bilan collectif des plus positifs de son cabinet".

Le ministre des Affaires intérieures et de la Fonction publique Philippe Courard sera chargé de reprendre les dossiers de Christiane Vienne dans l'attente des futurs remaniements. Ceux-ci pourraient intervenir la semaine prochaine, indiquait-on jeudi de source proche du Bureau du parti. "Je dois parler avec Mme Milquet", a indiqué Elio Di Rupo dont le parti est en coalition avec le cdH à l'échelon régional et communautaire.

Le remaniement aura lieu "au grand plus tard" lors de la formation du gouvernement fédéral, a répété M. Di Rupo, réélu mercredi président du PS. Lors du remaniement, ce dernier renoncera à sa fonction de ministre-président wallon. Le nom de son successeur n'est pas encore connu.