Belgique

Une collision entre des avions passagers de la Lufthansa et d'Aer Lingus a été évitée de justesse à Brussels Airport le 5 octobre dernier, alerte mercredi l'association belge de riverains d'aéroports UBCNA. 

"Une enquête est menée par l'autorité de supervision des services de navigation aérienne (BSA-ANS)", a confirmé à Belga le porte-parole de Belgocontrol. L'Union belge contre les Nuisances aériennes (UBCNA) évoque l'incident dans un communiqué détaillant que "deux avions ont failli se heurter au sol, au croisement des pistes 01 et 07R, le 5 octobre 2016 vers 20 heures 40 suite à une utilisation inutile et injustifiée de la piste d'atterrissage 01".

Les appareils impliqués, transportant des passagers, étaient un Embraer ERJ-195 de la compagnie Air Dolomiti, opérant pour Lufthansa à destination de Munich et prêt à décoller de la piste 07R, ainsi qu'un Airbus A320-200 d'Aer Lingus en provenance de Dublin amorçant son atterrissage sur la piste 01.

"Quand un incident survient, une enquête est menée par l'autorité compétente", a commenté le porte-parole de Belgocrontrol qui confirme qu'"une enquête est menée par l'autorité de supervision des services de navigation aérienne (BSA-ANS)" à ce sujet.

"Lorsque la piste 01 est en service, on décolle en 07R, de ce fait les avions se croisent au sol, c'est une procédure dangereuse et moins bien sécurisée que les opérations en parallèle sur les pistes 25 qui ne sont pas convergentes et sont totalement indépendantes", avance l'association de riverains.

Elle ajoute que "ce jour-là, aucune contrainte opérationnelle ou météorologique n'imposait l'utilisation de la piste 01 à l'atterrissage si ce n'est un non-respect flagrant par Belgocontrol des instructions ministérielles en matière de sélection des pistes en violation totale de l'Arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles du 17 mars 2005".

L'information a également été confirmée par des sources proches du dossier à L'Echo. Le cabinet du ministre de la Mobilité, François Bellot, a également confirmé au quotidien qu'un audit a été demandé à la DGTA sur le choix des pistes entre le 3 et 10 octobre.

"Seule une analyse externe et objective pourra faire la lumière et permettra de comprendre les choix qui ont été faits avant de voir les actions à prendre. Dans tous les cas, le ministre veillera à ce que les instructions de l'usage préférentiel des pistes soient respectées", a répondu le cabinet au quotidien.