Belgique Depuis l’entame de ce siècle, l’Église catholique de Belgique se retrouva à plus d’une reprise dans le collimateur pour son manque de transparence. Dans les délicats dossiers de pédophilie, on lui reprocha des silences s’assimilant à la non-assistance à personnes en danger. Et dans les débats sur les financements des cultes, on trouva aussi qu’elle devait faire davantage montre d’ouverture. Face à ces critiques, l’actuelle hiérarchie présidée par le cardinal De Kesel a décidé d’expliciter les rouages de son fonctionnement.
(...)