Belgique

Ahmadreza Djalali, le chercheur iranien invité à la VUB, aurait été condamné à mort à Téhéran pour collaboration avec un Etat ennemi, a fait savoir son épouse Vida Mehrannia à des collègues belges du professeur. M. Djalali a décidé de reprendre sa grève de la faim.

Ahmadreza Djalali a été informé samedi par son avocat qu'après un an et demi de détention, il avait été condamné à mort pour collaboration avec un Etat ennemi, selon le message transmis à un confrère belge du chercheur. Le médecin urgentiste attend désormais la confirmation de ce jugement par un canal officiel, mais sa situation demeure tragique, malgré les pressions et actions engagées dans le monde pour demander sa libération.

"Les perspectives semblent à nouveau sombres pour Ahmadreza qui, après avoir repris un peu de force, a décidé de recommencer une grève de la faim", indique son collègue Gerlant Van Berlaer. M. Djalali est détenu à la prison d'Evin depuis 2016. La VUB va prendre contact avec des collègues italiens et suédois de Ahmadreza Djalali afin d'envisager de nouvelles actions pour demander sa libération.