Belgique

Quatre marchés publics passés entre la ville de Libramont et la société Jérouville ont été annulés par le ministre wallon des affaires intérieures, Philippe Courard, a indiqué samedi le bourgmestre de la commune, Paul Arnould, qui a décidé d'introduire un recours auprès du Conseil d'Etat.

En cause, Paul Jérouville, le président et administrateur délégué de la société éponyme installée à Libramont, et qui est également échevin libramontois.

Son entreprise soumissionnait régulièrement pour réaliser des travaux pour le compte de la ville. C'est une plainte d'un conseiller communal socialiste de l'opposition qui a dénoncé les faits auprès du ministre Courard (PS), invoquant une confusion d'intérêts. Un échevin ne peut en effet bénéficier d'un marché de travaux pour le compte de sa commune.

Après analyse des dossiers, l'administration de M. Courard a annulé quatre dossiers introduits en 2002 et 2003, concernant des extensions d'égouts, des travaux de rénovation et un espace de jeux, pour un montant total de 473.288 euros.

Un cinquième dossier n'a pu être annulé car il avait été approuvé à l'époque par Charles Michel (MR), prédécesseur de M. Courard. Le bourgmestre, Pierre Arnould (MR), s'est défendu samedi face à ces accusations. "La société SA Jérouville, gérée par la fille de Paul Jérouville soumissionne depuis 1976 avec l'approbation des autorités de tutelle. Et j'insiste pour dire qu'il s'agissait toujours de marchés publics ouverts à toutes les entreprises. La SA Jérouville, sur place, était toujours la moins chère. Personne ne s'est mis d'argent dans la poche. Et les autres sociétés ne se sont jamais plaintes. Tout est fait dans la transparence", a-t-il expliqué.

Selon le bourgmestre, aucune objection n'a été formulée avant la fin de l'année 2003. "Tant Philippe Courard que Charles Michel, interrogés par écrit par la commune, ne nous ont pas demandé d'arrêter. Charles Michel ne savait pas et Philippe Courard nous a demandé de voir au cas par cas. On peut penser qu'il y a eu conflit d'intérêt mais pas de malversations".

"C'est de la démence d'annuler quatre ans plus tard ces projets. Tous sont réalisés, payées et les comptes sont approuvés par la tutelle", a fai valoir M. Arnould. Depuis la fin 2003 et le refus de M. Courard pour un dossier, la SA Jérouville ne soumissionne plus.

"Ce qui engendre une perte financière de 30% pour la commune. Les autres entreprises du marché sont plus onéreuses", a ajouté M. Arnould. Le bourgmestre libramontois a décidé d'introduire un recours devant le conseil d'Etat "pour que Libramont ne soit pas assimilée à d'autres grandes villes dont on parle beaucoup pour l'instant".

Une plainte a également été déposée par le cabinet Courard au parquet d'Arlon.