Belgique

C’est un drame inimaginable qui s’est noué, dans la nuit de mercredi à jeudi, à l’occasion d’une course-poursuite dramatique entamée à Namur et tragiquement conclue à Maisières, près de Mons.

Cette course-poursuite a eu pour protagonistes le conducteur d’une camionnette remplie d’une trentaine de migrants et des policiers de la route de Namur et du Hainaut ainsi que des policiers de Namur et de Mons.

Il semble que les fuyards aient délibérément tenu à bout de bras une fillette de trois ans à l’extérieur de la camionnette.

Toujours est-il que la camionnette, qui a essuyé des tirs de la part des policiers, a fini par s’immobiliser à hauteur du parking de Maisières, sur la E42. On y a retrouvé 29 Kurdes, dont trois enfants. Parmi eux, la fillette de deux ans.

L'autopsie révèle l'origine de la mort

L'autopsie a révélé que l'enfant était décédée des suites d'une blessure par balle, au niveau de la joue. "Le premier rapport établi par les services d'urgence nous a induit en erreur : celui-ci établissait qu'un traumatisme crânien était à l'origine du décès. L'autopsie a permis de constater qu'une balle perdue est à l'origine du décès", précise le porte-parole du parquet de Mons. Frédéric Bariseau ajoute que pour l'instant, on ignore si cette balle a été tirée par la police. "L'enquête devra déterminer si c'est le cas ou non. Nous restons très prudents à ce sujet", indique-t-il, sans préciser si des armes étaient présentes à bord du véhicule. 

Une hypothèse écartée ce jeudi après-midi par le porte-parole du parquet.

Selon la Dernière Heure, les coups de feu ont été tirés par une équipe de police de la route de Mons.

Les occupants du véhicule ont été interpellés. L’affaire a été mise à l’instruction pour entrave à la circulation, homicide volontaire, rébellion armée et traite des êtres humains, a indiqué le parquet de Tournai.

Un point presse sera organisé ce vendredi après-midi, vers 15h45.

Le Ministre de l'Intérieur a déploré l'événement tout en confirmant que l'enquête est en cours.

© IPM Graphics